Traitement des Fistules Obstétricale : Vers une élimination définitive à l’horizon 2030





traitement-des-fistules-obstetricale-vers-une-elimination-definitive-a-lhorizon-2030

Une vue des récipiendaires avec les ministres



Dans le cadre de la coordination des engagements de la Conférence Internationale sur la Population et le Développement (CIPD+25) et du suivi du PND (2021-2025),  une cérémonie conjointe de don et de bilan de la présentation des résultats et leçons apprises de la mission d’opération des femmes porteuses de fistules a été organisée le vendredi 09 septembre 2022, à la préfecture de Bouna.  

Selon un communiqué dont pressecotedivoire.ci a reçu copie, cette cérémonie qui s’est déroulée en présence de la ministre du Plan et du Développement, Nialé Kaba et du ministre de la Santé, de l’Hygiène publique et de la Couverture maladie universelle, Pierre Dimba, et qui a réuni plusieurs autorités a pour but de participer à l’élimination définitive de la fistule obstétricale de l’Afrique à l’horizon 2030.

Initiées par le gouvernement ivoirien avec l’appui du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) et celui de la République de la Corée du Sud à travers la Koica, les journées bilan de l’expérience de coopération transfrontalière pour l’éradication de la fistule obstétricale et le renforcement des initiatives intégrées d’autonomisation de la femme et des jeunes participeront à la réduction de la pauvreté dans cette région.

La Ministre du Plan et du développement qui présidait cette cérémonie a rappelé son importance, « au-delà de sa portée humanitaire, le traitement des fistules et la réintégration des femmes qui en sont victimes dans leur communauté est une œuvre de développement car elles visent à ne laisser personne de côté, y compris les personnes rendues vulnérables du fait notamment de la pauvreté, de la malnutrition et des problèmes de santé consécutifs bien souvent à des pratiques traditionnelles dommageables. », a affirmé Nialé Kaba. Elle  a insisté sur la volonté de la Côte d’Ivoire d’accélérer les investissements stratégiques visant à mettre fin aux décès maternels.

Le ministre Pierre Dimba a dépeint la situation alarmante de la maladie, « cette complication obstétricale est responsable de désolations dans les familles ou elle survient. En effet, la fistule désignée comme « maladie de la honte » pour nos mères, nos sœurs et filles sévit malheureusement dans notre pays », a-t-il informé. Il a détaillé « la situation épidémiologique » de cette affection dans notre pays. Ainsi, pour une prévalence nationale de 1% (EDS 2021), le District Autonome du Zanzan est l’un des plus touchés, avec une prévalence de 1,4% chez les femmes de 15 à 49 ans.

A lire également: Rentrée académique 2022-2023 : Le ministre Adama Diawara sera face à la presse le jeudi 15 septembre

La représentante résidente de l’Unfpa a, quant à elle, traduit ses remerciements aux autorités ivoiriennes pour leur engagement. « Nous sommes convaincus qu’en mutualisant nos efforts autour de partenariats solides, nous pouvons éliminer la fistule dans notre pays bien avant 2030 », a dit Cécile Compaoré.

A la suite de ses allocutions, le Ministre en charge de la Santé a fait d’importants dons, au nom du Président de la République de Côte d’Ivoire, d’une valeur de 200 millions de Fcfa notamment une ambulance de transfert, des lits d’hospitalisation, un groupe électrogène de 450 kVA, des plateaux médicaux et bien d’autres équipements médicaux divers.

Solange ARALAMON

En lecture en ce moment

Le président Alassane Ouattara a quitté Abidjan pour un séjour en France

6e édition des Journées Récréatives des Femmes musulmanes de l’AJMCI : La région du Gbèkè remporte le prix fair-play