Tiassalé :Assalé menace de saisir la justice contre des journalistes, les raisons.





tiassale-assale-menace-de-saisir-la-justice-contre-des-journalistes-les-raisons


Victime d’un acharnement médiatique, d’abord dans une affaire de terrain, puis récemment de vente de bois de teck dans laquelle il serait impliqué sans preuve, Assalé Tiemoko, le Député-Maire de Tiassalé ne veut plus laisser prospérer cet harcèlement.

Dans une note produite depuis Genève, il menace de saisir la justice pour mettre fin à cette campagne mensongère, qui serait financer par des futurs adversaires aux prochaines élections.

Ci-dessous, les propos du député-Maire adressés à une plateforme de journalistes.

« Chers confrères, depuis Genève, je voudrais vous prendre à témoins contre l’acharnement dont je suis l’objet depuis le 7 juillet 2022.

Depuis cette date à aujourd’hui, ce sont au total, 22 articles et allégations qui ont été publiées contre le maire de Tiassalé.

Même quand je fais un droit de réponse à la suite de certaines publications, d’autres confrères, sans en tenir compte, publient le lendemain, les mêmes allégations sans preuves, pour lesquelles j’ai fait des droits de réponse.

Depuis le début de cette semaine, je note que ce sont plus de 5 articles qui ont été écrits contre moi et malgré le droit de réponse que j’ai fait, d’autres confrères m’ont envoyé hier, des demandes de réactions sur les mêmes faits, ce qui achève de m’installer dans la conviction que tout ça est une opération savamment orchestrée, financée pour dénigrer l’élu que je suis.

Je m’étonne que des confrères puissent s’installer si consciemment dans une telle pratique en sachant très bien qui est derrière.

Ce soir je voudrais informer tous les membres de la plate-forme que je ne vais pas consacrer toute ma vie et mon temps à écrire des droits de réponse.

Le seul moyen qui me reste pour mettre fin à cette cabale organisée avec la complicité active de confrères , c’est de saisir la justice afin que les uns et les autres, apportent leurs preuves.

Je ne peux empêcher aucun confrère de faire son travail en écrivant contre un élu, fût-il un journaliste. Mais ce qui se passe depuis deux mois, est tout, sauf du journalisme. On va jusqu’à fabriquer des propos pour me les attribuer dans des articles. Trop c’est trop.Bonne nuit au pays. Assalé Tiemoko ».

N.B: le titre et le lead ont été rédigés par la rédaction

 Linfoexpress

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Mission des chefs d’Etat au Burkina : une coalition de la société civile Burkinabè ne veut pas voir Alassane Ouattara au Burkina

Tabaski : l’ONG La Bonté distribue des kits alimentaires à des familles