Adama Bictogo (président de l’Assemblée nationale) à la diaspora ivoirienne en France : « Le vivre-ensemble est possible »





adama-bictogo-president-de-lassemblee-nationale-a-la-diaspora-ivoirienne-en-france-le-vivre-ensemble-est-possible


Une délégation comprenant des députés de différents bords politiques a rencontré la diaspora ivoirienne en France, ce week-end. Elle était conduite par le président de l’Assemblée nationale, Adama Bictogo. Devant ses compatriotes, le chef du parlement ivoirien a tenu un discours d’apaisement et de réconciliation.
« Mon élection est le fait du président Alassane Ouattara et des présidents Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo ». Pour lui, c’est un fait historique et inédit dans l’histoire de la Côte d’Ivoire. Il pense que c’est la preuve surtout que le dialogue politique instruit par le président de la République, Alassane Ouattara, porte des fruits et on a pu le constater récemment avec les nouvelles mesures prises la veille de l’indépendance.
Lui, qui considère que le Parlement doit être le moteur de la cohésion sociale, a appelé la diaspora à ne pas rester à l’écart de ce nouvel élan pour la réconciliation. « Nous n’avons pas le droit de laisser aux prochaines générations une Côte d’Ivoire déchirée. Je vous appelle à vous rassembler pour la Côte d’Ivoire », a-t-il exhorté.
Concernant sa vision pour le Parlement, Adama Bictogo s’est engagé à en faire un instrument d’intérêt public accessible aux populations et engagé dans la promotion des valeurs.
La diaspora ivoirienne a posé le problème de sa représentativité dans les institutions de la République notamment au Sénat, à l'Assemblée nationale et au Conseil économique, social, environnemental et culturel. Ils souhaitent la construction d’un centre culturel qui accueillera les rencontres et festivités diverses de la diaspora, une révision du décret relatif à l’âge des véhicules importés, la révision du taux d’intérêt des banques qu’ils jugent excessivement élevé, l'intégration des artistes exilés et parmi eux l'admission des sexagénaires à la rente viagère et des facilités dans l'obtention des agréments du commerce international notamment pour les denrées alimentaires.

Modeste KONÉ

En lecture en ce moment

Depuis sa convalescence en France : ce que Amadou Gon a confié aux femmes du RHDP

Dakar abrite le sommet sous régional contre le VIH/Sida