Élections à la fédération de taekwondo : Jean Marc Yacé '' que les uns et les autres acceptent le verdict des urnes ‘’





elections-a-la-federation-de-taekwondo-jean-marc-yace-que-les-uns-et-les-autres-acceptent-le-verdict-des-urnes


Les élections à la Fédération ivoirienne de taekwondo qui ont eu lieu le 30 octobre 2021, ont été annulées par une décision de justice qui est tombée il y a quelques semaines. Et de nouvelles élections sont prévues pour le 15 octobre 2022.  

Vainqueurs de ces dernières élections, le maire de la commune de Cocody, Jean Marc Yacé , qui a occupé le poste de président de ladite Fédération pendant les 8 derniers mois,  va devoir batailler à nouveau pour se faire élire à la tête du taekwondo ivoirien. C’est donc dans ce contexte qu’il a rencontré les responsables de ligue d’Attécoubé et d’Adjamé, ce mercredi à la mairie d’Attécoubé. Une rencontre au cours de laquelle il a révélé la raison pour laquelle il a décidé de reprendre les élections.

 ‘’ Mon mandat, je l’ai mis sous le socle de la réconciliation, j’ai commencé mais je n’ai pas eu le temps …. En 8 mois, il y a eu trop de bruits, et pour ne plus qu’il y ait des bruits, même si la justice m’a remi en place en disant que vous avez gagnez, je dis non, je préfère repartir aux élections afin que ceux qui m’ont mis en place le confirment ‘’ a-t-il indiqué tout en demandant aux uns et aux autres d’accepter le verdict des urnes

‘’ Nous avons été élus le 30 octobre 2021, et le 2 novembre, j’avais un papier de justice, et depuis nous sommes dans cette affaire de justice jusqu’à ce que je dise que ça suffit, que tout le monde enlève ses plaintes, qu’on reparte en campagne.  Et à partir de là, lorsque nous sortirons de cette campagne, que les uns et les autres acceptent le verdict des taekwondo ins. Nous avons l’avenir de nos athlètes à assurer, on n'a vraiment plus le temps pour les palabres. ‘’ a-t-il ajouté.

GZ

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Reprise des cours : le Syndicat des enseignants du primaire exige une prime de 50.000 FCFA

L'Inde réceptionne ses premiers «Rafale» français