GPS: Tout le monde gagne dans la fusion







Pour être plus fort et plus conquérant sur le terrain politique, GPS a besoin de l'unité et de la synergie de ses forces. Il faut déjà féliciter des organisations telles que "GKS mon guide", Jeunesse Kigbafori Soro JKS", "La Mouvance Kigbafori Soro", l'lnitiative Libérale de Côte d'Ivoire (ILCI) et bien d'autres qui ont accepté leur fusion au sein de Générations et Peuples Solidaires (GPS). Nous encourageons tous les autres mouvements et partis politiques proches de Guillaume Soro à aller à cette fusion indispensable au retour de Guillaume Soro en Côte d'Ivoire et à son élection à la tête du pays. Personne ne devrait encore demeurer dans une quelconque querelle de personnes, ou une quelconque course aux postes.

Ceux ou celles animés uniquement par des ambitions personnelles devraient dès maintenant comprendre qu'ils ne pourront pas occuper les postes de Ministre ou de Directeur auxquels ils rêvent déjà, si le combat de Guillaume Soro n'aboutit pas. Or, pour gagner son combat, le leader a besoin d'un mouvement homogène et solide. C'est ainsi que tous, nous réaliserons la meilleure victoire, celle d'un changement vers l'amélioration des conditions de vie de l'ensemble des Ivoiriens. En effet, malgré l'exil auquel est contraint son leader, le mouvement présidé par Guillaume doit pouvoir poursuivre son implantation sur le terrain politique. D'ailleurs, cette percée populaire est indispensable pour confirmer la force politique de l'ancien Premier Ministre et ancien président de l'Assemblée nationale. Elle sera la source d'une pression supplémentaire sur la tête de ceux qui tiennent à l'éloigner du jeu politique national et qui ont, pour cela, tout mis en œuvre pour le faire condamner à la prison à vie afin d'écarter toute possibilité de son retour sur la scène politique nationale. Pourtant, rien n'est perdu pour Guillaume Soro. Bien au contraire, il garde entièrement ses chances de briguer la magistrature suprême de son pays et d'être élu.

Mais, pour concrétiser ces chances, ses partisans doivent être plus visibles et plus actifs sur le terrain. Malgré l'emprisonnement ou l'exil de son leader et de plusieurs de ses cadres, GPS devrait, par exemple, pouvoir inscrire à son agenda les élections locales prochaines. Certes, la dissolution de ce mouvement a été prononcée par la justice en première instance. Mais, cela n'enlèverait pas de légitimité à des cadres se réclamant dudit mouvement et qui parviendraient à se faire élire à la tête de collectivités. Ils réussiront ainsi à démontrer à l'opinion nationale et internationale que le poids politique de Guillaume Soro n'est pas abstrait et qu'il a effectivement une assise électorale dans son pays. Un tel pari implique nécessairement la fin de la dispersion des forces de GPS, avec cette multiplicité de mouvements menant des actions isolées et parfois antagonistes en raison des ambitions précoces des uns et des autres. En agissant main dans la main sous la même bannière, ils réussiront des actions ayant plus d'envergure (meetings, tournées et autres rassemblements) qui impressionneront mieux, convaincront, attireront et rassureront encore plus d'Ivoiriens sur les capacités de l'ancien SG de la Fesci à être un bon dirigeant à la tête de la Côte d'Ivoire. Un dirigeant capable d'apporter un mieux-être aux Ivoiriens.

Cissé Sindou

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Nommé secrétaire exécutif du Conseil de l’Entente, Marcel Amon Tanoh est « assurément l’homme qu’il faut, à la place qu’il faut », selon Alcide Djédjé

Véron Monsengo-Omba ( Secrétaire général de la CaF) : '' les ivoiriens doivent organiser une Can cinq étoiles''