Un mari cocu manigance un plan pour « blesser » son ex-femme





un-mari-cocu-manigance-un-plan-pour-blesser-son-ex-femme


Ne dit-on pas souvent qu’un homme amoureux peut décrocher la lune pour sa campagne. Que ne ferait-il pas alors, lorsqu’il est blessé par amour ?

Un Ghanéen, réparateur de machine à coudre n’a toujours pas digéré le "goumin" (déception amoureuse) que lui infligé son désormais ex-femme qui l’a quitté parce que, Kwadio Boadu, puisque c’est de lui qu’il s’agit, n’arrive plus à subvenir à ses besoins.

Lors d’une conversation sur SVTV Africa, une chaine de télévision ghanéenne, le réparateur, encore meurtri, murit le plan « machiavélique » de travailler dur pour blesser celle qui l’a nargué alors qu’il l’a faite venir en ville.

« C’est vraiment douloureux. Ma femme est devenue plus belle après un certain temps à Acra. Puis elle a trouvé de nouveaux amis et a commencé à sortir, et les choses ont changé. Le premier jour où je l’ai vu en short, j’ai su que c’était la fin. Elle a vu les maisons des gens et elle a commencé à me snober. Je l’aime toujours, alors je travaille dur pour prospérer, pour voir si elle reviendra », a-t-il affirmé. De bonnes intentions pour celui qui entend mettre sa famille à l’abri du besoin, pourrait-on penser. Que non ! L’homme n’entend pas reprendre sa femme si les choses reprennent de plus belle. Bien au contraire, il entend lui rendre le mal qu’elle lui a fait.

« Je ne la reprendrai pas, mais je le fais, juste pour la blesser », a-t-il martelé, conseillant même aux hommes d’ « épouser les femmes de la ville pour éviter de divorce à l’avenir ».

Daniel Bini (stagiaire)

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Drame: O5 membres d'une famille perdent la vie dans un incendie a Yamoussoukro

Nommé secrétaire exécutif du Conseil de l’Entente, Marcel Amon Tanoh est « assurément l’homme qu’il faut, à la place qu’il faut », selon Alcide Djédjé