La retransmission des évènements sportifs pose problème en Afrique: voici comment y remédier





la-retransmission-des-evenements-sportifs-pose-probleme-en-afrique-voici-comment-y-remedier


La cherté et le mode d'attribution des droits des évènements sportifs comme la Coupe du monde de football suscitent régulièrement des batailles médiatiques, notamment au Sénégal et en Côte d'Ivoire. Voici quelques propositions pour y remédier.

Pour la diffusion de la Coupe du monde du Qatar, la FIFA qui organise l'événement, a signé via un processus d’appel à concurrence, avec la société togolaise New World TV.

Comment concilier le droit pour le propriétaire de commercialiser son événement comme il l’entend avec la nécessité pour le grand public de suivre un événement qui, de plus en plus, met en scène des équipes nationales du continent africain ? La solution repose sur l’existant. Il faut s’inspirer, des solutions existantes et les adapter au contexte économique et social de l’Afrique de l’Ouest.

Le besoin actuel de l’Etat est de faire en sorte que tout citoyen puisse suivre la Coupe du monde, où qu'il se trouve et quels que soient ses moyens financiers. Pour y arriver, je suggère de consacrer dans notre espace juridique la légitimité d’un dispositif de protection des événements sportifs d’importance majeure.

1/ Protection de l'accès aux évènements

La protection de l'accès du public aux événements d'importance majeure dans le monde. Actuellement, malgré la progressive pénétration de la télévision payante en Afrique, le mode de réception majoritaire pour ce médium demeure, sur une grande partie de la surface du globe,la voie hertzienne terrestre gratuite. Une telle situation justifie la légitimité du dispositif de protection des événements d'importance majeure.  Lire la suite theconversation.com

 

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Affaire "Des agents des forces de l'ordre encadrent les microbes": La police explique tout

Drame à Bouaké : deux élèves se battent pour une raison encore inconnue, un poignardé à mort