Le sport peut jouer un rôle crucial dans la prévention de l’extrémisme violent, selon l’ONU





le-sport-peut-jouer-un-role-crucial-dans-la-prevention-de-lextremisme-violent-selon-lonu


Le Bureau des Nations-Unies pour la lutte contre le terrorisme (UNOCT) et ses partenaires ont réuni des athlètes professionnels, des organisations de la société civile, des jeunes leaders et des représentants d'organisations internationales, de fédérations sportives et d'États membres pour une table-ronde virtuelle sur le pouvoir du sport pour prévenir l'extrémisme violent, à l'occasion de la première commémoration de la Journée internationale pour la prévention de l'extrémisme violent pouvant conduire au terrorisme.

S'appuyant sur la campagne #MoreThanAGame du programme sportif mondial de l'UNOCT, la table-ronde a fourni une plate-forme pour une discussion approfondie sur l'élaboration de politiques et les activités de prévention de l’extrémisme violent basées sur le sport, les outils de base du sport pour le développement ainsi que le rôle des athlètes et événements sportifs pour favoriser des sociétés pacifiques, inclusives et prospères.

Des jeunes Haïtiens participent à un événement sportif pour les jeunes à Port-au-Prince, en Haïti.
Concern Worldwide
Des jeunes Haïtiens participent à un événement sportif pour les jeunes à Port-au-Prince, en Haïti.

Des événements sportifs cibles de groupes terroristes

Ouvrant l'événement, Mauro Miedico, Directeur adjoint du Centre des Nations-Unies pour la lutte contre le terrorisme (UNCCT) et chef de la branche des projets spéciaux et de l'innovation, a souligné que les événements sportifs sont souvent la cible de groupes terroristes en raison des valeurs qu'ils représentent.

« Mais le sport peut également jouer un rôle crucial et convaincant dans la construction de sociétés résilientes et la prévention de l'attirance pour les idéologies violentes, car le sport a le pouvoir de transmettre des valeurs essentielles de tolérance, de respect, d'inclusion et de solidarité qui peuvent lutter contre les moteurs de la radicalisation qui conduisent à l'extrémisme violent », a-t-il ajouté.

Samantha Johnson, présentatrice sportive d'Al Jazeera, a engagé les participants dans une conversation sur la façon dont le sport peut influencer positivement la vie au-delà des frontières, des générations et des communautés et favoriser la résilience à l'extrémisme violent et aux discours de haine.

Partageant son histoire personnelle, Khalida Popal, ancienne capitaine de l'équipe féminine de football d'Afghanistan et fondatrice et directrice de Girl Power Organization, a souligné que « ayant grandi dans un pays dominé par les hommes et dans une zone de guerre, le football a prouvé qu'il peut apporter l'unité et créer un espace sûr permettant aux femmes de parler des problèmes auxquels elles étaient confrontées en Afghanistan. (…) Maintenant que je suis réfugiée hors de mon pays et que je suis confrontée à des défis entre minorités et communautés locales, j'essaie à nouveau d'utiliser le sport comme un outil pour rassembler les gens ».

Modèles dans leurs communautés

Soulignant l'importance pour les athlètes d'être des modèles dans leurs communautés, Isabella Echeverri, joueuse de football professionnelle colombienne et ambassadrice de Save the Dream, a estimé pour sa part que « les athlètes sont des modèles sur et en dehors du terrain ».

« Dans le sport, il est important de respecter ses adversaires, d'être fidèle à son équipe, de faire preuve d'intégrité en gérant une défaite difficile, de courage et d'humilité lorsqu'on gagne un match. Lorsque nous quittons le terrain, nous pouvons utiliser nos plate-formes pour inspirer et aider les jeunes, par exemple en montrant du respect, en étant gentil avec les autres, en étant conscient des problèmes de santé mentale», a-t-elle raconté.

« Le sport m'a fait connaître des personnes de nationalités, de cultures et de religions différentes. Cela a changé ma vie. Sur le terrain, nous jouons en équipe et avons les mêmes objectifs. Ces valeurs sportives peuvent être facilement transférées du terrain à la communauté », a déclaré Masereka Wilber, un réfugié de la République démocratique du Congo. 

news.un.org

Partarger cet article

Tags

En lecture en ce moment

Football : Samuel Eto’o condamné à 22 mois de prison

Tiesco le sultan défie le pasteur Makosso sur le ring de boxe: « on ne pleure pas » répond Makosso