Semaine de sécurité routière : Bouaké met fin à la caravane de sensibilisation qui a sillonné plusieurs localités





semaine-de-securite-routiere-bouake-met-fin-a-la-caravane-de-sensibilisation-qui-a-sillonne-plusieurs-localites

La délégation du ministère des transports en compagnie des autorités administratives de Bouaké



La caravane de sensibilisation au respect du code de la route démarrée le 6 mars dernier, a pris fin à Bouaké ce vendredi 10 mars 2023, selon un communiqué dont pressecotedivoire.ci a reçu copie.

La note indique qu’après cinq jours de sensibilisation qui ont eu lieu du 6 au 10 mars 2023, respectivement à Adzopé, Yamoussoukro, Daloa, Ferkessédougou, Ouangolodougou et Korhogo, la caravane des premiers axes accidentogènes du pays a bouclé sa tournée à Bouaké.

La délégation du ministère des Transports conduite par le conseiller technique du ministre Amadou Koné, chargé de la coordination des actions de la sécurité routière, Étienne Kouakou, a sillonné les différentes localités pour parler aux automobilistes mais aussi aux usagers, des bonnes pratiques de sécurité routière.

Toujours selon la note, à Bouaké, après les premières étapes, les émissaires du ministre Amadou Koné se sont rendus au lycée Nimbo pour la sensibilisation des élèves. Le passage du chef de la délégation à l’antenne de radio Savannah FM à Bouaké a mis fin à cette tournée dont le but est de permettre aux usagers de la route de mieux comprendre les enjeux des nouvelles mesures prises par le gouvernement en matière de lutte contre l’incivisme routier, cause de nombreux accidents avec leurs cortèges de morts et de blessés.

 Selon Étienne Kouakou, la vision du ministre des Transports de rapprocher l’administration des administrés afin d’écouter et de recueillir les besoins des transporteurs mais également des transportés pour y apporter une réponse a été à chaque fois partagée dans les différentes contrées visitées. C'est pour cela que la caravane de sensibilisation sera déployée chaque mois pendant un an à travers le pays, .

 «Avec les transporteurs, il s’agit pour nous de parler d’entretien des véhicules, des conditions de travail. Il s'agit aussi de les exhorter à se mettre en règle vis-à-vis des exigences du métier de transporteur. Ce qui passe par avoir tous les documents nécessaires à la profession. Avec les chauffeurs, les échanges portent sur le respect du code de la route, le respect du temps de travail, le permis à points et le civisme routier. Avec les élèves et étudiants, nous parlons du comportement du piéton dans l’environnement routier. Nous invitons pour ceux des usagers des 2 et 3 roues au port de casque et au civisme. Quant aux guides religieux, nous les sensibilisons au civisme, à la responsabilité des parents. Nous invitons les fidèles au respect des règles en matière du transport et de circulation routière», a longuement expliqué le directeur de la communication et des relations publiques du ministère des Transports, Samou Diawara, pour parler de la méthodologie.

La note nous informe que pour cette 2ème édition de la Semaine nationale de la sécurité routière, outre les agents du ministère des Transports, plusieurs entités telles que la Direction générale du transport terrestre et de la circulation ( DGTTC), l’Office de la sécurité routière (OSER), la Direction de communication et relations publiques, la Police spéciale de sécurité routière ( PSSR), QUIPUX Afrique, la Gendarmerie nationale et la Police nationale ont été engagées.

Solange ARALAMON

 

 

 

En lecture en ce moment

Présidentielle 2020: Ouattara promet un programme ambitieux pour l’insertion des jeunes

Insolite à Yopougon-Pour ne pas payer son loyer : Le locataire “gbasse’’ son propriétaire