Electrification rurale : « La Côte d’Ivoire est à plus de 85 % de couverture » (Dg de l’énergie)





electrification-rurale-la-cote-divoire-est-a-plus-de-85-de-couverture-dg-de-lenergie


Le directeur général de l’Énergie, Sabati Cissé, a confié que grâce au plan national d’électrification rurale, la Côte d’Ivoire est aujourd’hui à plus de 80 %.

« La Côte d’Ivoire s’est dotée de plusieurs outils. Il s’agit du plan national d’électrification rurale qui permet d’être à ce jour à plus de 85 % de couverture. Mais aussi d’une politique sectorielle pour améliorer ce taux de couverture. Sans oublier le plan d’action pour l’électrification hors réseau», a révélé, mardi 21 mars 2023, Sabati Cissé, au cours de l’édition 2023 du Forum d’investissement pour l’accès à l’énergie (EAIF) qui se tient au Radisson Blu hôtel d’Abidjan.

Organisé par l’Alliance pour l’électrification rurale (ARE), sous le couvert financier de la Banque africaine de développement (BAD) et du Fonds pour l’énergie durable en Afrique (Sefa), un fonds spécial multi-donateurs géré par la BAD, cet événement rassemble près de 800 financiers privés et publics, des investisseurs dans le domaine de l’énergie et du climat, des institutions de financement du développement, des partenaires de financement internationaux, représentants gouvernementaux et entreprises privées.

Selon le représentant de l’ARE à ce rendez-vous international, David Lecoque, les niveaux d'investissement actuels pour atteindre les objectifs d'électrification sont loin d'être suffisants pour réaliser l'Objectif de développement durable (ODD 7) d'ici 2030.

« 10,9 milliards de dollars USD sont investis chaque année dans toutes les énergies propres dans les pays en développement. Cette statistique masque le fait que la majorité des investissements nécessaires sont actuellement consacrés aux énergies renouvelables à l'échelle des services publics, tels que les grands projets hydroélectriques », a-t-il détaillé.

Il pense qu’un investissement annuel de 35 milliards de dollars USD est nécessaire pour parvenir à un accès universel à l'énergie d'ici à 2030, ce qui signifie qu’il faut multiplier par trois les investissements annuels pour atteindre les objectifs fixés.

Pour sa part, le directeur de l’énergie renouvelable de la BAD, Daniel Shroth, estime qu’il faut adresser des solutions solides pour avoir des investissements afin d’avoir accès à l’énergie. Et cela passe par « une vitesse de l’interconnexion ».

Selon un rapport du cabinet BloombergNEF publié à l’occasion de la 27ème Conférence des parties des Nations unies sur le changement climatique (COP 27) en Egypte, les investissements dans les énergies renouvelables dans le monde ont grimpé de 9 % sur un an pour atteindre leur plus haut niveau historique en 2021. Pendant ce temps, ils ont chuté de 35 % en Afrique, qui ne représente que 0,6 % des 434 milliards de dollars investis dans les énergies renouvelables à travers la planète.

« Seulement 2,6 milliards de dollars de capitaux ont été déployés pour l’éolien, le solaire, la géothermie et d’autres projets d’énergie renouvelable en 2021, au plus bas en onze ans », détaille le rapport.

Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

Copa Barry se remémore la victoire des Eléphants à la Can 2015

Côte d’Ivoire/International/ Une Semaine pour promouvoir l’inclusion financière dans la zone UEMOA