Bédié étale les maux qui minent la Côte d’Ivoire et appelle à nouveau Ouattara à engager un « dialogue franc et sincère »





bedie-etale-les-maux-qui-minent-la-cote-divoire-et-appelle-a-nouveau-ouattara-a-engager-un-dialogue-franc-et-sincere


Le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, opposition), Henri Konan Bédié a, au cours du 7ème congrès extraordinaire de son parti, tenu jeudi 30 mars 2023 à la Maison du parti, étalé les maux qui, selon lui, minent la Côte d’Ivoire et appelé, à nouveau, le président de la République, Alassane Ouattara, à engager un dialogue franc et sincère entre les filles et fils du pays.

«Au moment où se tiennent nos assises, notre population souffre de pauvreté, d’une pauvreté sans précédent. De plus, notre système éducatif est en déliquescence et une frange de notre jeunesse a perdu ses repères et tout espoir. Dans l’impossibilité de valoriser ses talents, elle s’adonne à l’alcool et aux stupéfiants de toute nature. Le désarroi est tel que certains choisissent, au prix de leur vie, l’aventure périlleuse de la traversée de la mer Méditerranée. Pis, d’autres n’hésitent pas à mettre fin de façon tragique à leur vie par le suicide», a étalé Henri Konan Bédié, devant plus de 2.000 congressistes, mais aussi devant des partis politiques amis et frères, venus apporter leur soutien au PDCI-RDA, dont le RHDP, parti au pouvoir.

Bédié et son parti qui disent entendre le cri de détresse du peuple qui les appelle à prendre leurs responsabilités pour un retour démocratique au pouvoir d’Etat, afin qu’il y ait un partage équitable des ressources, une formation de qualité pour les jeunes et une vie décente pour tous, estiment qu’ils n’ont pas le droit de décevoir leurs compatriotes qui ont tant besoin du parti fondateur de ce pays aux potentiels si riches.

Face à ces maux, et en sa qualité d’«héritier politique de Félix Houphouët-Boigny», il a rappelé sa préoccupation qu’il a partagée devant le monde entier lors de la remise du Prix Félix Houphouët-Boigny-UNESCO pour la recherche de la paix à Yamoussoukro le 8 février 2023, à savoir : son souci pour son pays, la Côte d’Ivoire, qui peine encore à engager un dialogue franc et sincère entre tous ses fils et filles, pour construire une paix durable au service du bonheur de nos populations et de l’Afrique de l’Ouest.

Cette déclaration, faite de «manière sincère», est pour l’ancien président de la République, le signe d’«une nouvelle main tendue au président de la République pour enfin engager ensemble et pour la Côte d’Ivoire, un dialogue franc et sincère pour construire des institutions républicaines consensuelles au bénéfice d’une démocratie partagée et d’une paix durable pour notre pays».

Pour le président du parti fondé par Houphouët-Boigny, il s’agit de mobiliser toutes les forces pour transcender les clivages ethniques, consolider la paix et la stabilité, assurer l’équilibre entre les régions et créer une richesse équitablement partagée.

«En mobilisant toutes nos énergies, nous pouvons préparer un héritage de paix pour les générations de demain en Côte d’Ivoire, en Afrique et dans le monde», a-t-il ajouté et d’exprimer sa confiance quant à la réconciliation comme facteur déterminant pour accélérer le développement durable de la Côte d’Ivoire dans la paix.

Lambert KOUAME  

Partarger cet article

En lecture en ce moment

''Dabou en marche '' pour le développement de la région de l'Agneby-Tiassa

Après son élection samedi dernier, Zohoré Lassane visite le personnel du GEPCI