Service civique : 384 élevés bénéficiaires des formations relatives au ’’parcours citoyen" font leur sortie





service-civique-384-eleves-beneficiaires-des-formations-relatives-au-parcours-citoyenquot-font-leur-sortie


La première cohorte de 384 élèves, âgés de 14 à 17 ans, a reçu son attestation de fin de formation après dix jours de sensibilisation aux valeurs civiques et citoyennes dans les centres civiques de Bimbresso, de Bouaké 1 et de Guédikpo (Sassandra).

Les formations ont porté sur le ’’Parcours citoyen’’, un programme de formation civique et citoyenne initié par le ministère de la Promotion de la Jeunesse, de l’Insertion professionnelle et du Service civique, à travers l’Office du Service civique national (OSCN), avec la collaboration du ministère de l’Éducation nationale et de l’Alphabétisation. Le Parcours citoyen promeut chez les pensionnaires les règles de bonne conduite.

Pour la première vague de ce programme national, qui s’inscrit dans le cadre de l’année 2023 année dédiée à la jeunesse par le Président Alassane Ouattara et du Programme Jeunesse du Gouvernement (PJ Gouv) 2023-2025, ce sont 129 jeunes qui ont été formés à Bimbresso, 114 à Bouaké 1 et 141 à Guédikpo (Sassandra). Tous sont sortis simultanément le jeudi 20 avril 2023.

Le directeur de cabinet adjoint, représentant le ministre de la Promotion de la Jeunesse, de l’Insertion professionnelle et du Service civique, Anderson Assui, a annoncé que ce sont 25 000 jeunes qui seront formés sur les trois ans de PJ Gouv. Il a indiqué qu’avec leur séjour au Parcours citoyen, ces élèves sont « dorénavant armés contre les violences, la consommation des drogues et de l’alcool, l’addiction aux réseaux sociaux et aux messages porteurs de violence », non sans remercier les parents pour leur contribution à l’éducation des enfants en acceptant leur participation à ce programme.

Le directeur général de l’OSCN, Touré Mamadou, a déclaré que le Parcours citoyen est un encadrement de type civil, scout, à travers l’enseignement d’activités éducatives et ludiques. Il est différent du ‘’Campus citoyen’’ dédié aux jeunes de 18 à 35 ans, à travers une formation militaire, une connaissance des us et coutumes. Il a fait savoir que 2 000 jeunes sont ciblés cette année par le service civique national.

Ludovic Yessoua, 16 ans élève en classe de seconde C au lycée de Grand-Bassam, a eu 5 de moyenne en conduite au premier trimestre. « J’étais bagarreur, bavard et n’arrivais pas à contrôler mes excès de colère. Grâce à cette formation, je suis revenu sur le droit chemin. Au sortir d’ici, je m’engage à être un bon citoyen et à respecter mes parents et enseignants », a-t-il promis.

Aïcha Mélina Koné, âgée de 14 ans en 4è au lycée moderne Leboutou de Dabou, qui était reconnue pour « perturbation de cours et absentéisme », s’est fait des amis. « Ici, j’ai appris que je dois suivre les cours en classe, respecter mes parents, mes éducateurs et professeurs », a-t-elle confié.

Le pays compte actuellement cinq centres civiques, notamment Bimbresso, Bouaké 1, 2, Guingréni (Boundiali) et Guédikpo.

CICG

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Mise en stage et en apprentissage de 225 000 jeunes d’ici à 2020

Convoqués hier à la brigade de recherche : Yodé et Siro devant le procureur ce matin