Prise en charge des réfugiés : le CNS et ses partenaires harmonisent leurs stratégies





prise-en-charge-des-refugies-le-cns-et-ses-partenaires-harmonisent-leurs-strategies


La situation sécuritaire au Burkina Faso a suscité un afflux de réfugiés en Côte d’Ivoire, précisément dans le Nord, dans les régions du Bounkani et du Tchologo. Le Conseil national de sécurité (CNS), en charge de ce dossier particulièrement sensible, a réuni, mercredi 17 mai 2023, à Ferkessédougou, ses partenaires afin d’harmoniser les stratégies de prise en charge de ces réfugiés. 

 

Cela, conformément au dispositif d’assistance humanitaire, de sécurisation et de surveillance des régions mis en place par le gouvernement. Ledit dispositif intègre l'identification et l'aménagement de sites d’accueil.

 

D’ores et déjà, on retient, après les interventions du ministre–secrétaire exécutif du CNS, et du préfet de région Jean-Pierre Sory, lors de la cérémonie d’ouverture de cette réunion, que le flux migratoire est important. On dénombre au 8 avril 2023, 21 792 réfugiés. La seule région du Bounkani en accueille 12 856; 8 416 dans le Tchologo, 255 dans le Folon, 148 dans la Bagoué et 117 dans le Poro.

 

La population-cible, apprend-on, se caractérise par une prépondérance de personnes vulnérables. On enregistre 55 % de sexe féminin contre 45 % de sexe masculin et 58 % d'enfants de moins de 17 ans.

 

Dans l’après-midi de ce mercredi 17 mai, il est prévu une visite à Ouangolodougou, précisément sur le site d’accueil de Nioronigué, où un don de vivres du gouvernement ivoiriens aux réfugiés aura lieu.

 

Modeste Koné

(Envoyé spécial)

En lecture en ce moment

Obsèques de Dj Arafat : Le président Alassane Ouattara prend en charge les funérailles

Côte d’Ivoire / Danho Paulin (Nouveau président de l’UVICOCI) : "Nous avons l’opportunité de sortir de nos lamentations"