Crise à la chefferie d’Akwé-Djemin (Bingerville) : la cour de Nanan Adékoi François dénonce l’annulation de l’Arrêté de l’Honorable Awaka Alfred





crise-a-la-chefferie-dakwe-djemin-bingerville-la-cour-de-nanan-adekoi-francois-denonce-lannulation-de-larrete-de-lhonorable-awaka-alfred

Nanan Nanan Adékoi François brise le silence à travers ses porte-cannes



Dans un communiqué rendu public et dont pressecotedivoire.ci a reçu copie, le doyen d’âge et chef de terre du village d’Akwê-Djêmin (Adjamé-Bingerville) Nanan Adékoi François, proteste contre l’annulation, par le conseil d’Etat ivoirien, de l’arrêté préfectoral nommant l'honorable Awaka Agbo Ghislain Alfred, chef du village. 

Selon la note, par la voix de ses porte-cannes, constituant la Cour, le chef de terre déclare ne pas comprendre les raisons de l’annulation de l’arrêté de nomination délivré par le préfet d'Abidjan, préfet hors grade, M. Germain François Goun. 

«Il convient de rappeler que l'honorable Awaka Agbo Ghislain Alfred a été choisi par les chefs de catégorie de la génération Tchagba et oint par le Nanan, dans le respect des lois coutumières dont nous sommes les garants devant notre communauté. C’est également dans le respect des lois de la République, qui recommandent que les chefs de village soient choisis conformément aux règles coutumières des villages, que s’est déroulé le choix de l’honorable Awaka Agbo Ghislain Alfred. En tant que garants des lois ancestrales d’Akwê-Djêmin, qui suivons de très près l’évolution de la situation, nous réitérons ici que le respect scrupuleux des lois de nos aïeux reste la base du règlement de cette crise », lit-on dans le document.

Sur le motif de l’annulation de l’arrêté de l’honorable Awaka Agbo Ghislain, le Conseil d’Etat indique, selon nos sources, que la consultation populaire n’a pas été à son terme. Une information que réfutent les porte-cannes du chef du village. Ces derniers reconnaissent cependant que, lors de la consultation populaire du 14 juillet 2021, qui a vu la désignation de l’honorable Awaka Agbo Ghislain Alfred, il y avait malheureusement deux camps. 

«Il est tout à fait normal qu’à la fin, le camp qui ne l’a pas emporté émette des protestations. Même après des élections, il y a toujours des mécontents qui se manifestent, mais l’on reste attaché aux règles définies. Ainsi, se baser sur les protestations du camp non choisi pour dire que la consultation populaire n'a pas pris fin ne nous paraît pas juste », estiment-ils dans la déclaration.

Ils ont rappelé que, comme cela se fait depuis plusieurs siècles dans les villages Atchans, le choix du chef du village actuel a respecté la procédure. 

« Lors de la désignation du chef du village d’Akwê-Djêmin pour la gouvernance Tchagba, ce sont trois chefs de catégorie sur 4 quatre, plus le chef de la génération Tchagba, Djinin Djro Serge, qui ont porté leur choix sur la personne de l'honorable Awaka Agbo Ghislain Alfred comme chef. Nous, les porte-cannes formant la Cour du Doyen, après vérification de la conformité par les générations devancières, n’avons fait que constater cette décision, comme l’exige la coutume, et transmettre ce choix à Nanan pour validation », ont-ils indiqué dans le document.

 Dans le souci d’éviter que cette situation qui dure depuis le 27 avril 2023 ne vire à l’affrontement, ils appellent à la résolution dans les meilleurs délais de cette situation qui menace la stabilité et la cohésion sociale du village, au respect des lois de la République de Côte d'Ivoire, à l’engagement de l’ensemble des filles et fils du village dans la vérité afin d’éviter qu'un malheur ne frappe leur village du fait du viol des lois des aïeux.

Solange ARALAMON

En lecture en ce moment

Le parti de Gbagbo apporte son soutien aux détenus de la MACA

Covid-19 : Entre insouciance et indifférence, la pandémie sévit en Côte d'ivoire