Sassandra : un chef de communauté enterre un fétiche sur un terrain nuitamment et prend 5 ans de prison ferme





sassandra-un-chef-de-communaute-enterre-un-fetiche-sur-un-terrain-nuitamment-et-prend-5-ans-de-prison-ferme


Yao Kouakou, le chef de la communauté Baoulé du village de Balokua, dans le département de Sassandra, a été condamné à 5 ans de prison ferme ce jeudi 1er juin 2023 pour une affaire de sorcellerie.

Que s'est-il passé pour que le chef de communauté âgé de 57 ans soit jeté en prison?  Selon les témoignages recueillis et le sien propre, il s’est rendu muni d'un fétiche sur un terrain qui, selon lui, lui a été confié par un membre de sa communauté décédé.

Il a été aperçu cette nuit-là par une jeune dame, Kambou T., dans une pénombre en train d'enterrer le fétiche. Le lendemain, l'affaire est portée à la connaissance du chef de village qui se rend sur les lieux avec une délégation et les traces de l'enterrement du fétiche étaient visibles.

Les jours suivants, la jeune dame Kambou T. perd l'usage de la parole et devient sourde. Elle sera tirée d'affaire grâce à des prières intenses d'un serviteur de Dieu et une plainte est portée contre le chef de communauté, Yao K. qui était à la barre du tribunal de la section du tribunal de la ville de Sassandra pour répondre des faits de charlatanisme et de sorcellerie.

Le prévenu a reconnu avoir enterré le fétiche sur le terrain en question mais, selon lui, ce fétiche n'a rien de maléfique. Mais il a été confondu par le chef du village de Balokua qui a fait savoir au tribunal et à l'auditoire que le prévenu a tué mystiquement plusieurs personnes avec lesquelles il a eu des disputes par rapport à des parcelles de terrain.

Le chef Yao Kouakou n'a pas réussi à convaincre le procureur et le juge pour prononcer sa mise en liberté. La peine de 5 ans de prison ferme a été prononcée à son encontre. 

 Touré Boa 

Correspondant régional 

 

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Finale de Miss Côte d’Ivoire 2022 : Olivia Yacé invite 5 Miss Monde à Abidjan

Pluies diluviennes : la photo du préfet d'Abidjan qui force respect et admiration