Examen du CEPE : voici pourquoi les parents d’élèves tiennent à être présents





examen-du-cepe-voici-pourquoi-les-parents-deleves-tiennent-a-etre-presents

La ministre de l'éducation nationale et de l'alphabétisation, Mariatou Koné, rassurant un candidat à Agboville



Ce sont 654 531 candidats qui ont affronté le lundi 5 juin 2023, les épreuves de l'examen du Certificat d'études primaires élémentaires (Cepe). Si dans la majorité des centres à travers la Côte d’Ivoire, cet examen s’est déroulé sans incidents majeurs, le constat général est que plusieurs parents d’élèves ont passé cette journée aux alentours des lieux de composition. Les raisons de cette attente des parents sur les lieux d’examen de leurs enfants sont diverses.

Pour certains parents, il s’agit d’assurer la sécurité de leurs enfants. « J’ai tenu à accompagner ma fille pour être sûr qu’elle est bien arrivée à son centre et qu’elle pourra composer sereinement. Surtout avec la pluie qui s’est abattue sur Abidjan ce matin » a fait savoir M. Koné, un agent de mairie, à Koumassi.  

Un autre parent d’élève dans la même zone a renchéri pour dire qu’il est important d’accompagner les élèves pour s’assurer que toutes les commodités sont réunies pour le bon déroulement des épreuves.

Sur ce point, selon plusieurs parents d’élèves rencontrés à Koumassi Bia-Sud, il y a eu un souci dans la matinée. Ce qui a failli entacher les choses.

« Il se trouve que plusieurs enfants ont eu des erreurs sur leurs convocations. Des élèves qui devaient composer normalement à l’EPP Bad 9 de Bia-Sud se sont vus orienter sur leurs convocations, au Groupe scolaire Est1 de Koumassi-Sicogi. Les parents et les enfants se sont donc dirigés dans cette école et c’est une fois sur place qu’ils se rendent compte que leurs noms ne figurent pas sur les listes. C’est longtemps après qu’on leur a dit d’aller voir à Bad 9 où ils ont pu finalement composer », s’est indigné un enseignant qui a requis l’anonymat.

L’autre raison, c’est l’assurance que la présence des parents peut donner à leurs enfants stressés par ce jour. « J’ai pris une permission au service pour accompagner mon fils qui passe l’examen aujourd’hui parce qu’il est petit et je me dis que ma présence à ses côtés peut le rassurer », nous a expliqué Mme Foto, dans une autre école primaire de Koumassi.

Au-delà de ces deux premiers aspects, les parents pensent aussi à la gastronomie des enfants qui, le temps de cette journée, n’auront pas forcément le temps d’aller s’acheter à manger entre les heures des différentes compositions.

Plusieurs personnes, en majorité les femmes, ont tenu à rester sur place pour aider les enfants à trouver les moyens de se restaurer. C’est le cas de Mme Evandé Doris qui a offert un repas à certains candidats du groupe scolaire Rosiers 5 de la Riviéra.  

« Ce n’est pas facile pour les enfants. Ils sont déjà stressés par l’examen et il n’est pas évident de sortir et trouver à manger dans les environs à temps, avant de repartir pour l’épreuve de l’après-midi. J’ai donc pensé à faire à manger pour ma fille et ses amies », a-t-elle expliqué.

Ces cas ne sont pas isolés car de nombreux parents dans plusieurs circonscriptions du pays ont procédé de la même manière. Comme à Tapeguia (Issia) où, depuis 6 ans, les candidats du Cepe sont nourris par des volontaires pour avoir de forces. Ou encore à l’Epp Balouzon (Daloa) où un repas chaud est servi aux candidats.

Cette matinée d’évaluation a débuté par l’exploitation de texte, suivie de l’éveil au milieu et de la dictée. Dans l’après-midi, les candidats ont été soumis à l’épreuve des mathématiques. La proclamation des résultats est prévue le 20 juin, à 14 heures.

Pour les trois examens à grand tirage (Cepe, Bepc et test d’orientation en seconde et Baccalauréat), le nombre total de candidats s’élève à 1 589 235. Le thème de cette session est : « Éthique et responsabilité pour des examens de qualité ».

Solange ARALAMON

 



 

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Grève de la Fesci, appel à la désobéissance civile... plusieurs villes paralysées (photos)

Libération d’Affi N’Guessan : le COJEP de Blé Goudé se réjouit et demande au pouvoir d’aller plus loin