Caravane scientifique : une association initie des jeux ludo-scientifiques pour démystifier les sciences





AESCO,Caravane scientifique,jeux ludo-scientifiques


Dans le cadre d’une caravane scientifique « la tête et les jambes », l’Association d’Aide à l’Equipement Scolaire (AESCO) et des élèves ingénieurs Polytech Orléans, en partenariat avec l’INPHB de Yamoussoukro ont sillonné récemment, des villes et communes du pays. L’objectif de cette caravane : valoriser les sciences à travers des jeux Ludo-scientifiques.

La première étape de cette tournée scientifique a eu lieu dans la jeune sous-préfecture de Yakassé Feyassé (Abengourou) le jour marquant les festivités de l’indépendance du pays. En présence des populations et de l’honorable Adou Bernard, fils du village, par ailleurs parrain de ces journées scientifiques, des élèves-ingénieurs ont animé plusieurs ateliers : lancée de fusée, l’électricité & son, la chimie et l’astronomie.

Plus qu’un jeu, ce fut une découverte pour le public venu nombreux. Au départ, très méfiants, les enfants qui constituaient le gros lot du public, ont fini par accorder plus d’intérêt aux différents exercices scientifiques. Découvrant pour la première fois les merveilles de la science, certains enfants, voire des adultes, n’en croyaient pas leurs yeux. « C’est de la magie ! », s’est exclamé un adulte dans la foule, effaré par les différents résultats. Des enfants dont certains n’ont jamais mis les pieds à l’école, n’ont pas boudé leur plaisir en accordant davantage d’intérêt aux jeux qui donnaient lieu à un apprentissage. Ce fut le cas du petit Assemian, âgé de 12 ans. Ce petit garçon non-scolarisé a réussi tous ses essais en suivant, avec attention, les explications données par miss Clara (atelier chimie). Ces résultats satisfaisants laissent à croire ou parier qu’il ferait un bon élève s’il avait eu la chance d’aller à l’école.

La ville d’Abengourou a accueilli la caravane le lendemain. L’enceinte de l’Alliance française de la ville a servi de cadre pour cette seconde étape. Outre le public cible : les enfants, la caravane a enregistré la présence de professeurs de sciences de la ville, des dames (des chimistes par excellence dans nos différents foyers) et le Bureau régional (Indénié-Djuablin) des jeunes Parlementaires de Côte d’Ivoire. « Je suis émerveillé et très édifié. J’ai fait la découverte de beaucoup de chose », s’est exprimé le président Som Sansan Albert, avant d’inviter les autorités municipales de la commune à créer des espaces de jeux pour une jeunesse studieuse. Cet appel semble avoir été entendu, car le maire de la ville, Amoakon Banga, qui a marqué son admiration face à la qualité des ateliers a promis travailler pour cette même dynamique. « J’encourage de telles initiatives, et j’invite les autres élus à ouvrir la porte de leurs communes à la caravane », a-t-il indiqué à l’issue de la visite des ateliers.

Les villes de Yamoussoukro et Korhogo ont été visitées par la caravane avec une escale dans la commune de Yopougon. Partout, ce fut le même engouement : des enfants admiratifs face à la science, mais un cadre ludo-scientifique. Les instants à la Pouponnière de Yopougon a tenu toutes ses promesses comme celle du village SOS de Yamoussoukro. Au nombre des participants très joyeux, il y avait des enfants handicapés (psychomoteurs et psychiques) ; ils ont pris énormément de plaisir avec des essais concluants. Les premiers responsables de ces différents centres d’enfants en difficultés ont salué l’initiative de l’AESCO. La Directrice de la Pouponnière de Yopougon, Mme Kouacou née Djeket Emma, s’est félicitée de cette visite. Elle a émis le vœu de voir son centre nouer un partenariat avec l’AESCO pour un transfert de savoir et de compétence aux éducateurs spécialisés de son centre qui accueille des enfants abandonnés, des enfants égarés et des cas sociaux.

La ville de Korhogo a accueilli la dernière étape de cette caravane, au centre de l’Alliance franco-ivoirienne. Comme les précédentes étapes, les enfants sont venus nombreux pour découvrir les sciences à travers les jeux. À l’issue de cette dernière étape des lots ont été remis aux enfants pour leur participation.

Mme Anne Frédéric Amoa, Directrice AESCO France, se félicite de cette belle expérience et exprime sa satisfaction et ses remerciements à tous ces enfants qui ont démontré leur intérêt pour les sciences. Pour un premier essai, ce fut un coup de maître !

SERCOM AESCO

En lecture en ce moment

Turquie: Premier exploit de Seri Jean Michael avec Galatasaray

Télévision numérique : l’extinction définitive de la diffusion analogique fixée au 17 juin 2020