La fraude sur l'électricité fait perdre près de 40 milliards FCFA par an : la CIE accentue la sensibilisation





la-fraude-sur-lelectricite-fait-perdre-pres-de-40-milliards-fcfa-par-an-la-cie-accentue-la-sensibilisation


40 milliards FCFA. C’est le préjudice que fait subir à l'État la fraude sur l'électricité. Devant cette situation alarmante, la Compagnie ivoirienne d'électricité (CIE) entreprend, depuis plusieurs années, des campagnes de sensibilisation des populations aux côtés de l'État, et en collaboration avec la Société de distribution d'eau de Côte d'Ivoire (SODECI) qui n'échappe pas à ce fléau.

Pour cette année, nous informe les services de cet opérateur, de janvier à mai 2023, plusieurs localités d'Abidjan et de l'intérieur du pays ont été sillonnées par les "Contrôleurs-sensibilisation-lutte contre la fraude" pour rencontrer les populations cibles en passant par le corps préfectoral, les chefs de communautés, les guides religieux et les leaders d’opinion, etc. Sur cette période, ce sont plus de 80 séances de sensibilisation et plus de 4700 personnes touchées. Ces dernières ont été instruites sur les inconvénients de la fraude pour ceux qui s'y adonnent notamment l'emprisonnement, la détérioration de la qualité de services ainsi que les risques d'origine électrique et hydrique.

La fraude, nous apprend-on, est exercée aussi bien par les clients consommateurs qui ont un contrat avec la CIE et / ou la SODECI mais qui usent de moyens illégaux pour éviter l’enregistrement de l’énergie ou l’eau effectivement consommée, que par les  revendeurs illicites qui n’ont pas de contrat avec ses deux entreprises. Ils réalisent des connexions clandestines ou frauduleuses sur les réseaux de distribution d’eau ou d’électricité, distribuent et commercialisent l’eau et /ou l’électricité à des personnes non abonnées appelées receleurs. Ces revendeurs utilisent tous les moyens nécessaires pour la poursuite de leur activité.

Pour lutter contre ce phénomène, l'État a mis en place un cadre réglementaire avec l'adoption de plusieurs textes par l'Assemblée nationale. Il s’agit des lois 2014-132 du 24 mars 2014 portant code de l’électricité pour réprimer la fraude à l’électricité en ses articles 53, 54, 55, 56, 57, 58, 59, 60, 61, 63 et 64 et 2019-574 du 26 juin 2019, portant code pénal pour réprimer la fraude à l’eau en son article 465.

C'est donc en s'appuyant sur ces textes que des opérations de contrôle sur les réseaux de distribution d’eau et d’électricité ainsi que sur les compteurs sont menées sur toute l’étendue du territoire auprès des populations. Plusieurs fraudeurs ont déjà été interpellées.

Modeste KONÉ

En lecture en ce moment

Appel à la désobéissance civile de l'opposition : les échauffourées ont repris dans des localités

Affaire « Enseignante battue à Abobo » : Les précisions du procureur de la République