La meilleure solution contre le coup d’Etat





la-meilleure-solution-contre-le-coup-detat


Dans un pays calme, quand le Président évoque publiquement le coup d’Etat, il y a déjà problème.

Qu’est-ce qui pourrait provoquer une tentative de coup d’Etat en Côte d’Ivoire ? L’histoire nous enseigne, en effet, que le coup d’Etat de 1999 et les nombreuses tentatives de coups d’Etat qui l’ont suivi sont intervenus quand des leaders politiques ont été empêchés de participer au jeu démocratique. Par conséquent, le fait que le pays dispose d’une armée puissante ou d’une « armée professionnelle » ne saurait être la meilleure solution pour éviter toute tentative de coup d’Etat. Cette solution, c’est plutôt le libre jeu démocratique.                                                        Pour rappel, lorsque la mutinerie des ‘’jeunes gens’’ s’est muée en un coup d’Etat contre l’ex-Président Henri Konan Bédié en décembre 1999, les causes principales étaient l’absence de conditions d’une élection présidentielle ouverte, crédible et transparente prévue en 2000, et surtout des manœuvres pour exclure de cette élection le président du RDR Alassane Ouattara.

En septembre 2002, les meneurs de la tentative de coup d’Etat qui s’est muée en une rébellion armée qui s’est installée dans la moitié nord du pays ont clairement annoncé à l’opinion que leur action avait pour but de lutter contre l’exclusion : l’exclusion d’Alassane Ouattara du jeu démocratique, l’exclusion de ses partisans majoritairement ressortissants du nord de la Côte d’Ivoire et spoliés de leurs droits à la citoyenneté.

Comme le concerné devenu chef de l’Etat en 2010 l’expliquait devant les militants du Rhdp jeudi dernier au Sofitel Hôtel Ivoire à l’occasion de l’investiture des candidats de ce parti pour les prochaines élections locales, sa candidature a été d’abord invalidée à l’élection présidentielle d’octobre 2000 puis aux législatives du mois de décembre de la même année. Le motif invoqué par le juge constitutionnel pour ces deux invalidations était le même : sa nationalité ivoirienne n’était pas reconnue.

Début novembre 2020, la création d’un Conseil National de Transition (CNT) par l’opposition, assimilée à un coup d’Etat par Alassane Ouattara lui-même, était, elle aussi, consécutive à un scrutin présidentiel boycotté par cette opposition pour deux principales raisons : D’abord, elle a estimé que la candidature du président du Rhdp pour un 3e mandat consécutif à la tête du pays violait la constitution ivoirienne. Ensuite, elle a protesté contre l’invalidation à tour de bras de plusieurs candidatures dont celles de Laurent Gbagbo, Guillaume Soro, Albert Mabri Toikeusse, Marcel Amon Tanoh, Mamadou Koulibaly. Cela a eu pour conséquence de plonger le pays dans des violences qui ont causé des dizaines de morts.

Donc, le diagnostic est assez précis. Il montre que la meilleure recette pour prévenir une nouvelle tentative de coup d’Etat en Côte d’Ivoire, c’est faire en sorte que les prochaines élections, surtout l’élection présidentielle de 2025, soit la plus inclusive et la plus crédible possible.

Cissé Sindou

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Ballon d’Or : les 30 nommés sont désormais connus

PRIMUD 2022: KS Bloom, le grand vainqueur