Blanchiment de capitaux et financement du terrorisme : une trentaine de journalistes formés pour démanteler les organisations criminelles





blanchiment-de-capitaux-et-financement-du-terrorisme-une-trentaine-de-journalistes-formes-pour-demanteler-les-organisations-criminelles

une vue des séminaristes en compagnie des responsables du Giaba



A l’initiative du Groupe intergouvernemental d’action sur le blanchiment d’argent en Afrique de l’ouest (GIABA), se déroule depuis ce mercredi 2 août 2023 à Abuja au Nigéria, un atelier de formation sur le journalisme d’investigation axé sur les crimes économiques et financiers.

L’objectif de cette rencontre qui réunit 30 journalistes venus de plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest (Côte d’Ivoire, Nigéria, Ghana, Guinée Bissau, Togo, Libéria, Sénégal)  est, selon le directeur général du Giaba, Edwin W. Harris Junior, de mieux outiller et équiper ces derniers afin de mieux cerner les questions de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme.

« De nombreux défis se présentent à notre organisation. Il s’agit entre autres des défis liés à la législation, car la plupart de nos lois sur le blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme ne sont pas adéquates. Il y a aussi un manque de volonté politique, un besoin de renforcement du système judiciaire car les agents chargés des enquêtes et poursuites n’ont pas toujours les outils nécessaires pour mener à bien des enquêtes sur le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. Nous voulons donc mettre en place des alliances stratégiques avec les journalistes pour démanteler les groupes et organisations criminelles », a-t-il expliqué.

Les premières présentations de cet atelier ont permis de définir les caractéristiques des acteurs. En outre, des secteurs d’activités utilisés par ces derniers pour procéder au blanchiment de capitaux en Afrique de l’ouest ont été révélés aux séminaristes.

Les journalistes présents ont été invités à s’approprier toutes les informations qui ont trait à cette problématique dans leurs différents pays, mais aussi des normes internationales de lutte contre le blanchiment d’argent et de financement du terrorisme afin de mieux s’imprégner des réalités pour mieux en parler.

Les organisateurs ont également exhorté les médias à sensibiliser les populations à la pratique de la bonne gouvernance, gage d’un meilleur développement économique des pays de la sous-région.

Le Giaba est une organisation créée en 2000 par la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Il rassemble les 15 pays de la Cedeao ainsi que les Iles Comores et Sao Tomé et Principe.

Solange ARALAMON, envoyée spéciale à Abuja

 

En lecture en ce moment

Démolition des quartiers précaires : voici les mesures d’accompagnement du gouvernement en faveur des déguerpis de Boribana et de Gesco

Plus qu’une qualification