Enrôlement à la CMU : 900 nouveaux sites ouverts avec 3000 agents déployés





enrolement-a-la-cmu-900-nouveaux-sites-ouverts-avec-3000-agents-deployes


En plus des 148 sites déjà existants à fin juin 2023, le dispositif d’enrôlement à la Couverture Maladie universelle (CMU) sera complété par 900 sites supplémentaires pour le porter à 1048 sites, a annoncé le ministre de l’Emploi et de la Protection sociale, Adama Kamara, le vendredi 4 août 2023 au cours d’une conférence de presse dans les locaux du ministère.

Ces 900 nouveaux sites seront pourvus d’au moins 3.000 agents enrôleurs pour accélérer, durant les 6 prochains mois, la cadence d’enrôlement, avec un objectif de 10 millions de personnes à enrôler au cours de cette période, a indiqué maître Adama Kamara. Le déploiement des 900 nouveaux sites et des agents a déjà démarré depuis le 24 juillet dernier et s’achèvera au plus tard le 20 août 2023. Les nouveaux sites d’enrôlement sont déployés dans les écoles, les hôpitaux, les universités, les cités universitaires, les sous-préfectures et autres sites identifiés et situés sur toute l’étendue du territoire.

A ce jour, a affirmé le ministre de l’Emploi et de la Protection sociale, 327 sites supplémentaires d’enrôlement ont déjà été déployés et sont fonctionnels dont, 97 sites durant la semaine du 24 au 29 juillet 2023, et 230 sites depuis le lundi 31 juillet jusqu’au jeudi 03 août 2023. Ce qui porte, à ce jour, le nombre total des sites d’enrôlement fonctionnels à 475.

Concernant le nouveau dispositif d’enrôlement avec production et délivrance In Situ des cartes, le ministre Adama Kamara a décidé d’accroître le nombre d’équipements prévus pour la phase pilote afin d'augmenter le nombre de sites durant cette phase de 5 à 13. Ainsi, en plus des cinq (5) sites d’Adjamé, de Bingerville, de l’Université de Cocody, de Marcory et de Daloa déjà fonctionnels, huit (8 nouveaux sites seront installés à Yopougon, Tafiré, Adzopé, Man, Ferkessédougou, Bouaké, Yamoussoukro et Abengourou avant le 30 août, a-t-il annoncé.

La CMU a débuté le 25 avril 2017 par une phase d’expérimentation avec la population des étudiants, puis a suivi la phase de généralisation progressive qui a démarré en juillet 2019. S’agissant de l’enrôlement, qui est la première étape pour bénéficier de la CMU, les opérations de la phase pilote ont été officiellement lancées le 30 décembre 2014 par l’enrôlement du président de la République, Alassane Ouattara. L’enrôlement consiste à recueillir les données biographiques (noms, prénoms, date de naissance, sexe etc…) et biométriques (empreinte des 10 doigts et photo) auprès des populations.

La loi confère un caractère obligatoire à l’enrôlement à la CMU. Ainsi, depuis le 1er janvier 2023, la preuve de l’enrôlement à la CMU est exigée pour accéder à certains services de l’Etat. Ils concernent l’inscription aux examens et concours d’entrée à la Fonction Publique, à la Police, à la Gendarmerie et dans l’Armée ; l’inscription des étudiants dans les universités et grandes écoles publiques et privées ; l’inscription des élèves âgés de plus de seize (16) ans dans les lycées, collèges et établissements d’enseignement technique et professionnel publics et privés ; le recrutement dans le secteur public et parapublic ; le recrutement dans le secteur privé ; l’accès aux programmes sociaux financés par l’Etat ; l’accès aux programmes de soutien à l’emploi et aux activités génératrices de revenus financés par l’Etat ; etc.

Avant de conclure ses propos, le ministre Adama Kamara a mis en garde les agents en charge de l’enrôlement qui s’adonneraient à des actes d’escroquerie envers les usagers. Il a instruit le Directeur général de la CNAM à l’effet de prendre toutes les sanctions les plus sévères à l’encontre des agents d’enrôlement qui se rendraient coupables d’une quelconque forme d’escroquerie. Il a en outre invité les usagers à dénoncer, à travers les différents numéros verts de la CNAM et SPACIA, les sites où ces stratégies d’escroquerie sont observées. « J’invite surtout les usagers à ne pas céder à ces escroqueries, car les dispositions sont en cours de mise en œuvre pour renforcer le dispositif afin de résorber les goulots d’étranglements et réduire les longues files d’attentes », a-t-il rassuré.

La Couverture Maladie Universelle (CMU) a été instituée par la loi n°2014-131 du 24 mars 2014.

CICG

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Fédération Nationale des Associations de Professionnels de la Communication de Côte d’Ivoire : Le Comité de Direction reçu par le FSDP

Présidentielle 2020 : Pascal Affi N’guessan désigné candidat du FPI