PDCI-RDA : comment expliquer ces morts en cascade ?





pdci-rda-comment-expliquer-ces-morts-en-cascade


Doit-on croire, en fin de compte, que la grosse dépression atmosphérique annoncée sur notre pays par le prophète Elie Padah n’a pas fini de lancer ses rafales violentes ? Le 29 avril 2023, le prophète, visité sans aucun doute par l’esprit de Dieu, avait prophétisé un moment de grande turbulence que connaîtrait le pays. Il avait assuré que le signal de ce grand chambardement viendrait du tout premier parti politique de la Côte d’Ivoire et arriverait avant la fête de l’indépendance du 7 août 2023.

Depuis que cette annonce a été faite avec fracas, l’on a le net sentiment d’assister au passage bruyant d’un éléphant dans un magasin de porcelaine. Chaque jour, au réveil, c’est une surprise désagréable qui accueille chacun des habitants de ce pays et particulièrement les militants du PDCI-RDA. Et l’on assiste, sans pouvoir y faire quelque chose malheureusement, à l’amoncellement des dégâts causés par cette tempête aux allures de vent fou qui se déplace à 300 kilomètres à l’heure.

Comme pour donner une très forte crédibilité à la prophétie de l’homme de Dieu, les premières rafales ont atteint le président Bédié que l’on peut considérer comme « le père de la nation », tellement il inspirait respect et considération aux uns et aux autres. Puis les rafales qui n’ont pas arrêté leur course folle ont emporté avec elles le général Gaston Ouassénan Koné, tout juste au lendemain de la fête nationale. Il était un vice-président écouté et respecté du vieux parti. Cinq jours seulement après ce cruel décès, lui aussi subit, c’est au tour d’un candidat PDCI à la mairie de Daloa, Stéphane Bra-Kanon, de subir les frappes de la tempête. Une mort soudaine. La fête de son investiture comme candidat de la liste commune PDCI/PPA-CI se préparait pour le samedi prochain 19 août 2023.

Le prophète Elie Padah avait averti les populations ivoiriennes sur ce qui les attendait à la fin de l’année 2023. « L’horizon n’est pas bon », avait-il prévenu avant de demander qu’au regard de ce qu’il lit et entend, « chacun prenne ses gardes ». Dès lors, comment ne pas prendre peur en voyant sa prophétie se réaliser comme un plan de guerre bien peaufiné et parfaitement exécuté ?

D’abord parce que l’homme de Dieu a expliqué que les révélations qu’il a faites sous l’inspiration de Dieu-le-père sont insusceptibles de transformation. Pour la simple raison, a-t-il justifié, qu’elles n’ont pas été données pour que les non-initiés les comprennent de bout en bout. L’on ne sait d’elles qu’une seule chose : elles vont se réaliser dans une période précise sans que l’on ne sache avec précision le début. Or, selon lui, c’est lorsque les humains maîtrisent parfaitement tout le processus de réalisation d’une prophétie qu’ils ont la possibilité de l’arrêter ou de la manipuler.

La fête de l’indépendance, ce jour fatidique, est passée. Nous voilà donc dans la peur-panique. Chacun se demandant quand va commencer « la grande délivrance spirituelle » du peuple ivoirien telle qu’annoncée par le prophète Elie Padah. Et, exactement comme dans la situation du tonnerre qui gronde, chacun couvre sa tête dans l’espoir de ne pas être la prochaine cible privilégiée des rafales de la grosse dépression atmosphérique. Dieu est grand !

Abdoulaye Villard Sanogo

 

En lecture en ce moment

Réseau des ‘’Panafricaines’’ : La section ivoirienne se met en place

Respect des droits des consommateurs de téléphonie mobile : Un opérateur s’aligne aux textes, deux autres résistent