Crise au Niger : pourquoi Emmanuel Macron a annoncé le retrait de l’armée française





crise-au-niger-pourquoi-emmanuel-macron-a-annonce-le-retrait-de-larmee-francaise


Paris dispose de près de 1 500 soldats au Niger, pays où des militaires ont renversé le président en place Mohamed Bazoum à la fin juillet. Le président français en a annoncé le retrait ce dimanche. Le régime militaire a salué « une nouvelle étape vers la souveraineté » de son pays.

Une suite logique au putsch militaire au Niger fin juillet ? Le président de la République Emmanuel Macron a annoncé ce dimanche soir le retrait des troupes françaises du Sahel, lors de son entretien sur TF1 et France 2. « Nous mettons fin à notre coopération militaire au Niger. Les militaires déployés là-bas, eux aussi, rentreront d’ici la fin d’année », a promis le chef de l’État, estimant que l’opération Barkhane au Sahel avait été un « succès ». L’ambassadeur français au Niger ainsi que le personnel diplomatique présent sur place vont également rentrer en France, a indiqué Emmanuel Macron.

« Il n’y avait rien d’autre à faire, c’était la seule solution depuis le début », réagit à chaud Thierry Vircoulon, coordinateur de l’Observatoire sur l’Afrique centrale et australe à l’institut français des relations internationales (IFRI). Le Niger – où la France compte environ 1 500 soldats – était devenu « le nouveau point d’appui français » dans cette région, après les retraits forcés du Mali et du Burkina Faso en août 2022 et début 2023 qui avaient conduit Paris à renforcer sa présence au Niger.

« La France n’a plus aucun avenir au Sahel »

 

Après cette annonce, Thierry Vircoulon estime que « la guerre de la France contre le djihadisme est officiellement terminée ». « La France n’a plus aucun avenir au Sahel », estime-t-il. Paris appuyait jusque-là les troupes nigériennes dans leur lutte contre le djihadisme. En réaction, le régime militaire nigérien a salué « une nouvelle étape vers la souveraineté » de son pays, parlant de « moment historique qui témoigne de la détermination et de la volonté du peuple nigérien ».

Lire sur leparisien.fr

Partarger cet article

En lecture en ce moment

La phrase assassine de Bédié

Côte d'Ivoire / Accusée d'avoir empêché les pinasses de circuler : La marine nationale fait un démenti