15ème édition de Ciné Droit Libre Abidjan : les jeunes au cœur de la sensibilisation pour les droits humains et la liberté de presse





15eme-edition-de-cine-droit-libre-abidjan-les-jeunes-au-coeur-de-la-sensibilisation-pour-les-droits-humains-et-la-liberte-de-presse


La 15ème édition de Ciné Droit Libre, festival de films sur les droits humains et la liberté d’expression, se tiendra du 22 au 25 novembre 2023 à Abidjan. Organisé par l’association Ciné Connexion en collaboration avec le Goethe-Institut et l’association Semfilms, l’événement vise à promouvoir les droits humains et la liberté d’expression à travers le cinéma.

Cette 15ème édition de Ciné Droit Libre Abidjan se déroulera autour du thème : « Jeunesse et droits humains ». Il s’agit, pour les organisateurs, à travers une kyrielle d’activités, d’amener les jeunes à s’engager pour la promotion, la défense et la protection des droits humains. Deux grands axes vont meubler le programme de cette édition. Dans le premier axe l’on retient des ateliers de formation, d’éducation des populations aux droits humains et d’initiation des enfants à l’animation et un workshop sur les effets spéciaux.

Dans le second axe majeur du festival, il sera question de projections de films suivies de débats.

Ainsi quatre soirées thématiques, dont la cérémonie d’ouverture, sont prévues au Goethe-Institut, à Cocody Mermoz, du mercredi 22 au samedi 25 novembre 2023. Avec en toile de fond des débats sur les violences faites aux femmes et un focus sur la propagande russe, notamment en Afrique des panafricanistes des temps nouveaux. Il y aura également des projections de films éclatées sur des espaces publics dans les quartiers, précisément à Cocody-Deux-Plateaux-Les Oliviers et sur le terrain de la Caritas dans la commune de Port-Bouët, où se déroulera la soirée spéciale sur la migration en partenariat avec Promis, l’ONUDC ( Office des Nations unies contre la drogue et le crime) et HCDH (Haut-commissariat des Nations aux droits de l’homme).

La journée du samedi 25 novembre sera dédiée, avec point culminant, à la projection d’un film d’animation éducatif. Et pour la première fois dans l’histoire du festival, des films seront projetés dans des gares et des cars de transport. « C’est une expérience nouvelle qui, nous l’espérons, sera enrichissante », souligne Yacouba Sangaré, coordonnateur de Ciné Droit Libre Abidjan.

Au total, une dizaine de documentaires seront proposés au public durant les quatre jours du festival. « Nos projections sont gratuites. Que les populations se déplacent pour voir des films de qualité qu’ils pourront rarement voir en salles ou à la télé », appelle le coordonnateur de CDL Abidjan.

Créé en 2005 au Burkina Faso, par l’association Semfilms, il s’est fixé comme objectif de donner une plateforme d’expression aux cinéastes et journalistes du monde entier dont les œuvres (des films portant sur les droits humains et la liberté de la presse) sont censurées ou ont eu des difficultés de diffusion à cause de leur contenu dérangeant.

Cette édition est placée sous le parrainage de l’ambassadeur du Canada en Côte d’Ivoire, SEM. Anderson Blanc, note-t-on.

Lambert KOUAME

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Promotion de la culture du Hambol : Lagnon valorise le « Tassa »

10 tables-bancs pour 60 élèves à Bouaké : les cours perturbés au lycée moderne Nimbo