Journée nationale de la paix : la ministre Belmonde invite les politiques à ne pas prendre la paix en otage





journee-nationale-de-la-paix-la-ministre-belmonde-invite-les-politiques-a-ne-pas-prendre-la-paix-en-otage


La cérémonie de célébration de la 27e journée nationale de la paix s’est tenue ce samedi 25 novembre 2023 à l’hôtel du District d’Abidjan Plateau en présence du Premier ministre, chef du gouvernement, ministre des Sports et du cadre de vie, Robert Beugré Mambé.

A cette occasion la ministre de la Cohésion nationale, de la Solidarité et de la Lutte contre la pauvreté,  Myss Belmonde Dogo a invité les hommes politiques à ne pas prendre en otage la paix.

« Je voudrais du haut de cette tribune, inviter les hommes politiques à ne pas prendre la paix en otage », a appelé la ministre pour qui l’intérêt de la nation doit primer au-dessus de nos intérêts personnels.

Pour elle, l’engagement de tout un chacun à bâtir à tout instant la paix doit nous permettre de consolider davantage les acquis en termes d’unité et de développement.

« Nous l’avons prouvé lors des dernières élections législatives, régionale et municipale qui se sont tenue de façon paisible », a-t-elle rappelé, ajoutant que   cela a été possible grâce à l’engagement des acteurs politiques et à leurs militants.

« C’est ce comportement que nous devons cultiver, car les attitudes belliqueuses n’ont pour effet que d’installer la violence de façon permanente dans notre pays et de semer le doute, l’incertitude et le désespoir au sein des populations notamment chez les plus jeunes », a appelé la ministre.

Le thème de la 27e journée nationale de la paix : « Laissons derrière nous le passé pour construire avec la jeunesse, une paix durable dans la diversité », loin d’être une invite à oublier le passé est une exhortation aux hommes politiques en particulier et aux populations de façon générale à poursuivre dans cette nouvelle dynamique en faveur de la paix.

C’est aussi, « un appel à faire une bonne analyse à nos erreurs du passé avec leur corollaire de graves conséquences, en tirer les enseignements nécessaires et de pardonner pour s’engager résolument dans l’édification d’une paix durable avec la jeunesse en vue de construire une nation forte, unie et prospère pour le bonheur des générations actuelles et celle à venir ».

« Oui, nous encourageons les partis politiques et les communautés à gérer de façon pacifique et constructive, leurs contradictions afin de renforcer davantage la cohésion sociale », a-t-elle conclu.

Le Premier ministre, Beugré Mambé a quant à lui, rappelé l’esprit de paix du président Félix Houphouët-Boigny qui, pour inciter les Ivoiriens à la culture de la paix a créé en 1973 la fondation pour la paix à Yamoussoukro, laquelle fondation prendra le nom de la Fondation Félix Houphouët Boigny pour la recherche de la paix, et institué en 1996, la journée nationale de la paix.

« Le président Houphouët-Boigny pensait la paix, respirait la paix, agissait pour la paix et il agissait dans la paix », a-t-il rappelé.

Tout comme Houphouët-Boigny, a relevé le Premier ministre, le président Alassane Ouattara, est un « grand artisan de la paix et profondément attaché à la personne humaine ».

« Grâce à son esprit de paix, le président Alassane Ouattara a mis en œuvre toutes les conditions qui favorisent le retour en Côte d’Ivoire de ceux et de celles de nos frères et sœurs qui momentanément étaient à l’extérieur. Pour son humanisme qui l’a toujours caractérisé, le président a accordé la grâce à plusieurs détenus de droit commun et réintégré les fonctionnaires à leurs postes dans l’administration », a rappelé Beugré Mambé, estimant que cela est un signe qui parle à l’intelligence de tous.

Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

Alcide Djédjé, victime d’un accident de la route

Bédié regagne Abidjan après un long séjour européen