Présidence du PDCI-RDA : Guikahué s’insurge contre « le contrôle judiciaire », brandit comme argument du rejet de sa candidature





presidence-du-pdci-rda-guikahue-sinsurge-contre-le-controle-judiciaire-brandit-comme-argument-du-rejet-de-sa-candidature


Quelques jours après que le Comité électoral lui a signifié de façon verbale le rejet de son dossier de candidature à la candidature de la présidence du PDCI-RDA, parce que mis sous contrôle judiciaire, le secrétaire exécutif en chef du parti Maurice Kakou Guikahué est monté au créneau ce lundi 11 décembre 2023, pour exprimer de vive voix, son indignation face à cette décision qu’il considère comme étant « injuste, arbitraire et non fondée ».

« La candidature du candidat Maurice Kakou Guikahué remplit toutes les conditions fixées par les textes. Maurice Kakou Guikahué est donc éligible, au regard des statuts et règlement intérieur du PDCI-RDA. Cependant du fait du contrôle judiciaire dont il est l’objet, le PDCI-RDA ne peut prendre le risque de le retenir comme candidat à la Présidence du Parti », dit ce rapport.

Pour M. Guikahué, le contrôle judiciaire n’est pas une décision de condamnation qui impacte les droits civiques et politiques d’un individu. Il est donc sans incidence sur le casier judiciaire de l’individu.

Mieux, a-t-il poursuivi, « les Institutions de notre pays, en l’occurrence la Commission chargée des élections, et même le Conseil constitutionnel, juge de l’élection présidentielle et des élections législatives, ont démontré, en mars 2021, que ce contrôle judiciaire ne pouvait pas m’empêcher de briguer un poste d’élu de la Nation ».

« Le contrôle judiciaire du 18 janvier 2021, allégué comme motif exclusif du rejet de ma candidature, est consécutif à mon arrestation en la résidence du Président Henri Konan Bédié, suite aux événements post crise électorale d’octobre 2020", a rappelé le vice-président du PDCI-RDA. Et de crier son ras le bol : « J’étais loin de m’imaginer, mais pas du tout alors, que des militants de mon parti politique puissent brandir contre moi une situation qui, dans toute autre formation politique, aurait été un élément de discrimination positive en ma faveur, par rapport à tous les autres candidats ».

« J‘estime, en définitive, que le Comité électoral du 8ème Congrès Extraordinaire m’a sanctionné pour mon engagement et mon zèle à la cause du PDCI-RDA. Là où les Institutions de la République m’ont qualifié, des responsables de mon Parti m’ont disqualifié », a martelé Maurice Kakou Guikahué, visiblement en colère.

Toutefois, il dit prendre acte de la « décision injuste » de rejet de sa candidature, à l’élection du président du PDCI-RDA, par le Comité électoral, précisant en outre qu’il ne saisirait pas la justice pour « l’injustice » qui lui est faite.

Il n’a toutefois pas manqué de lancer des piques. « Je refuse de servir de bouc émissaire à certaines personnes de notre Parti qui veulent me faire payer pour les frustrations dont ils auraient été l’objet dans leur carrière au PDCI-RDA », avant de rassurer ces militants que « le Guikahué, Capitaine-courage qu’ils ont connu hier, sera le même Guikahué, même s’il n’est pas Président du PDCI-RDA aujourd’hui ».

Tout en réaffirmant qu’il reste et demeure PDCI-RDA, le candidat qui a vu sa candidature rejetée a invité tous les militants et toutes les militantes qui se retrouvent dans sa vision d’un PDCI-RDA fort, conquérant, autonome et indépendant des individus et de l’exercice du pouvoir d’Etat, à ne céder ni à la déception ni à la provocation et à savoir raison garder.

Pour cette élection à la succession du président Henri Konan Bédié, cinq candidats avaient déposé leur candidature. Il s’agit de Maurice Kakou Guikahué, Tidjane Thiam, Noël Akossi Benjo, Jean Marc Yacé et Moïse Koumoué Koffi.

Après le rejet de la candidature de Maurice Kakou Guikahué, le retrait de Moïse Koumoué Koffi de la course et le ralliement de Noël Akossi Benjo à l’équipe de Thiam, le match devra se jouer en définitive entre l’ancien directeur général du Crédit Suisse et l’actuel maire de la commune de Cocody le 16 décembre 2023.

Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

Deux ans après la promesse mondiale : Un centre de santé sur trois continue à fonctionner sans eau ni savon (WaterAid)

Communiqué du Conseil des ministres du mercredi 15 décembre 2021