Politique de labélisation de l’attiéké: le Conseil national des exportations présente une étude sur un mode opératoire





politique-de-labelisation-de-lattieke-le-conseil-national-des-exportations-presente-une-etude-sur-un-mode-operatoire


Le Conseil national des exportations (CNE) a organisé, ce mardi 19 décembre 2023, un atelier de restitution de l’étude portant sur la politique de labélisation de l’attiéké. Un atelier qui a réuni une soixantaine de participants provenant des ministères et structures publiques techniques, des comités paritaires du commerce extérieur, de la chaîne de valeur de la filière manioc et dérivés, des structures de produits labélisés, des structures d’autres produits labélisables, et des partenaires techniques et financiers. A en croire le secrétaire général du CNE, Serge Bombo, cet atelier constitue un cadre d’échanges, de discussions et de présentation de l’état d’avancement de ladite étude.

« Vous savez que l’attiéké est un produit phare du pays qui est devenu un produit mondial, et certains pays limitrophes produisent et commercialisent de l’attiéké. Aujourd’hui, ce nom est révélateur d’un pays qui est la Côte d’Ivoire. A travers le ministère du Commerce et de l’Industrie, et l’Office national de la propriété intellectuelle (OIPI), nous avons trouvé nécessaire de faire en sorte que ce produit soit un produit reconnu de la Côte d’Ivoire, un produit made in Côte d’Ivoire. Le processus a été fait, le produit « attiéké des lagunes » est labélisé. Ce que nous avons voulu faire aujourd’hui, c’est de poursuivre l’étude de la mise en œuvre de cette labélisation pour qu’elle continue à donner des fruits non seulement aux producteurs, mais aussi une plus-value à sa commercialisation internationale », a-t-il expliqué aux hommes de médias.

Selon Serge Bombo, la labélisation de l’attiéké permettra aux producteurs de manioc d’accroître un peu plus leurs revenus. « La labélisation répond à un process qui part depuis les boutures qui vont être utilisées depuis la plantation, la transformation, l’emballage, le stockage, et la commercialisation sur les marchés étrangers. Tous ces éléments demandent non seulement des investissements, mais surtout une plus-value pour le producteur qui ne produira plus pour vendre simplement sur le marché d’Adjamé, mais il produira pour vendre sur les marchés internationaux, ce qui voudrait dire que le bénéfice sera partagé avec le producteur, il sera partie prenante des bénéfices que va générer la vente de l’attiéké à l’international », a-t-il ajouté. 

Quant à Collete Nebavi qui est à la tête d’un groupement de productrices d’attiéké, elle estime que cette labélisation est tout simplement la reconnaissance de leur travail. « Cela nous réjouit beaucoup, nous avons travaillé dans nos cuisines, nous sommes des transformatrices, l’Etat a reconnu la valeur de notre savoir-faire, et nous allons pouvoir exporter. Au niveau économique, cela nous donne les moyens pour notre vie sociale. Avec cela, l’attiéké sera vendu à grande échelle, il y aura des dividendes qui vont rentrer dans le pays, et les femmes seront plus heureuses dans leur travail », a-t-elle confié à la presse.

La labélisation de l’attiéké s’inscrit dans le Programme d’appui à la compétitivité et à l’intégration régionale (PACIR2) financé par l’Union européenne. A cet effet, la coordonnatrice de la Coopération Côte d’Ivoire-Union européenne, Georgette Séri, a fait savoir que le gouvernement ivoirien attend de cet atelier que les acteurs s’approprient le concept de la qualité dans la fabrication et la commercialisation de l’attiéké. Car, selon ses propos, la patrimonialisation de l’attiéké constitue un puissant vecteur de politiques publiques et macroéconomiques, à travers la création d’usine ou d’unités de production. 

Gaël ZOZORO

Partarger cet article

Tags

En lecture en ce moment

Fête de Noël au Plateau: OD et Fally gâtent les orphelins de militaires

Rentrée scolaire 2023-2024 : un démarrage en douceur