PPA-CI : 15 membres du Comité de contrôle suspendus de toute activité pour « défiance et insubordination »





ppa-ci-15-membres-du-comite-de-controle-suspendus-de-toute-activite-pour-defiance-et-insubordination

Le parti de Gbagbo qualifie d'intolérables, des actes de 15 membres du Comité de contrôle



Le Conseil de discipline du Parti des peuples africains (PPA-CI) a suspendu 15 de ses militants de toute activité du parti. Il s’agit de Bayou Bagnon Jean-Claude, Boua Wawa Thérèse, Brika Gbayoro Pierre, Danho Biedjui Eléonore, Goudenon Martine Epse Bley Zézé, Guigui Bobolian Pélagie Epse Yodé, Kouadio Adou Philippe, Ledjou Dakouri Roger, Moussa Soumahoro, Nadjé Edwige Epse Kobli, N’Guessan Camille, Niakpa Godé Joseph, Tozan Bi N’Guessan Tiburce, Trazié Bi Tizié François Elisée et Zadi Lago Maurice.

C’est la conclusion de la session extraordinaire du Conseil de discipline tenu le 17 janvier 2024 que nous avons consultée.

Ce comité, présidé par Ettien Amoakon, reproche aux mis en cause leur défiance et leur insubordination à l’autorité hiérarchique.

Tout part d’un courrier de Fahé Florentine Caristan en date du 18 décembre 2023, adressé au Comité de contrôle pour une réclamation portant sur les résultats définitifs de l’élection de la présidente de la Ligue des femmes PPA-CI du 16 décembre 2023.

Suite à ce courrier, les 15 membres du Comité de contrôle ont exigé que la 4e session dudit Comité qui se tenait samedi 23 décembre 2023 soit transformée en session extraordinaire avec pour objet « la réclamation de la camarade Fahé Florentine Caristan ».

Une exigence jugée « sans fondement » par la présidente du Comité de contrôle, Marthe Agoh, qui l’a tout de suite rejetée.

Devant l’insistance de Bayou Bagnon Jean-Claude et 14 autres membres, la présidente a purement et simplement annulé la session ordinaire du 23 décembre 2023.

«Sans prendre en considération l’annulation décidée par la présidente, les mis en cause ont tenu une session extraordinaire et adopté deux décisions à savoir, la nullité des résultats définitifs de l’élection de la présidente de la Ligue des femmes proclamés par le Comité de contrôle et la suspension de la camarade Amon Ago Marthe de ses fonctions de présidente du Comité de contrôle», explique le Comité de discipline.

Allant plus loin, l’un des mis en cause, toujours selon le Conseil, a ordonné la fermeture à clef de la porte de la salle de réunion qui se tenait au domicile de la présidente, pour l’empêcher de sortir. Des actes qualifiés d’ « intolérables ».

Par ces motifs, le conseil de discipline, statuant en sa session extraordinaire du 17 janvier 2024, ordonne à titre conservatoire, la suspension des membres précités de toute activité du parti. Interdiction leur est également faite d’agir au nom du Comité, conclut l’organe de discipline du parti de Laurent Gbagbo.

Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

Sentiment anti-français, Mamadou Koulibaly répond à Macron : « ce que nous refusons, ce sont les relations incestueuses... »

Arrestations et assignation à résidence surveillée : voici ce que la justice reproche aux responsables de l'opposition