Can 2023 : tout faire ensemble, la méthode Faé





can-2023-tout-faire-ensemble-la-methode-fae

A peine nommé, Emerse Faé est déjà à la tâche



Il a trouvé les justes mots. Il a eu le meilleur slogan : faire tout ensemble. Le jeune coach des Eléphants, Émerse Faé, ne pouvait pas trouver mieux dans une pareille situation. Faire tout ensemble, pour l’ancien footballeur bardé de diplômes d’entraîneur, c’est poser les jalons d’une famille unie. Or l’adage dit qu’on est toujours forts, unis. Qu’est-ce que cela veut dire en termes de football ?

Une équipe de football qui fait tout ensemble, se trompe rarement. Du moins, les erreurs ne sont pas perceptibles puisqu’elles sont tout de suite rattrapées. Les vides sont comblés aussitôt et les trois blocs se déplacent ensemble. Lors des trois matches joués par les Eléphants, tous les spécialistes du foot ont noté que l’équipe ne formait pas un bloc compact. Elle comportait trop de failles qui profitaient à l’adversaire.

C’est donc en connaissance de cause que le slogan « tout faire ensemble » est né. Et les premières images des Eléphants sous le magister de Faé montrent à foison que tout est encore possible si les premiers mots du coach restent dans la tête de chaque acteur.

Tout faire ensemble, c’est courir ensemble sur l’aire de jeu, c’est défendre ensemble, c’est attaquer ensemble. C’est aussi la sentinelle qui supplée un central lorsque celui-ci monte aux avant-postes avec le ballon, c’est le distributeur principal de balles, le numéro 10, le meneur de jeu, qui devient numéro 9 lorsque ce dernier s’exile sur un côté, ce sont les latéraux qui montent en soutien à l’attaque pour offrir plus d’opportunités aux attaquants et, au besoin, recevoir des balles sur les flancs pour les centrer, c’est aussi et surtout le repli tactique, le repli défensif avec les attaquants qui deviennent les tout premiers défenseurs.

Si un tel système est bien huilé avec une bonne sentinelle capable de réussir les premières relances et casser les lignes, si cette équipe dotée d’un tel système peut se sortir facilement de la pression adverse même dans un mouchoir de poche avec des pichenettes déroutantes, elle peut bien tenir tête à n’importe quelle équipe. Surtout qu’elle aura le soutien inconditionnel des supporters aussi bien au stade que dans les salons et autres bars et maquis mais aussi spirituellement avec l’équipe conduite par « la vieille d’Akradjo ».

Tout peut encore arriver de positif aux Eléphants. Pourvu que les joueurs appliquent correctement les données simples que mettrait à leur disposition l’encadrement technique. Et si le jeune Faé s’appuyait sur un 4-4-2 à plat classique qui, selon nombre d’observateurs, est facile à mettre en place aussi bien en attaque, au milieu qu’en défense ?

Abdoulaye Villard Sanogo

 

En lecture en ce moment

Didier Drogba frappé par un malheur

École de Météorologie de l'Espace ISWI Maghreb, Afrique de l'Ouest et centrale (IMAO): La 5e édition lancée