Affaire Hervé Renard : il y a bel et bien eu discussions entre les fédérations ivoirienne et française, ce qui a coincé





affaire-herve-renard-il-y-a-bel-et-bien-eu-discussions-entre-les-federations-ivoirienne-et-francaise-ce-qui-a-coince

Hervé Renard ne sera pas avec les Eléphants pour la suite de la CAN 2023



Après avoir nommé Emerse Fae sélectionneur des Eléphants suite à la démission de Jean-Louis Gasset, la Fédération ivoirienne de football (Fif) est bel et bien rentrée en contact avec la Fédération française de football (FFF) pour obtenir en « prêt » l’actuel sélectionneur de l’équipe féminine de France, Hervé Renard. C’est en tout cas ce qu’a confié Jean Michel Aulas, vice-président de la FFF, tout en expliquant les raisons pour lesquelles les négociations n’ont pas abouti.

«Il y a eu une discussion entre Philippe et la Fédération de Côte d’Ivoire, qu’il connaît bien. On pensait qu’il fallait qu’il y ait quand même quelque chose pour la mise à disposition d’une durée maximum de 10 jours. Et là, les deux présidents ne se sont pas mis d’accord. (…) Une compensation financière était demandée à la Côte d’Ivoire, poursuit l’ancien président de l’OL. Je n’ai pas participé à la négociation menée par Philippe, et je lui fais totalement confiance. Il fallait se mettre d’accord sur la prestation, sur l’indemnisation, et aussi ce que l’on en dirait si nous nous mettions d’accord.», a-t-il indiqué à footmercato.

Par ailleurs, Jean-Michel Aulas a expliqué que ni les dirigeants français, ni les joueuses n’étaient opposés à ce « prêt ». «Il y a eu un échange entre Philippe (Diallo), moi-même et bien sûr Hervé (Renard). Avec Philippe, on a décidé d’interroger les joueuses de l’équipe de France pour savoir si cela pouvait être de nature à les faire douter, à les gêner. Ce n’était pas le cas. Personnellement, j’ai une grande confiance en Hervé, explique Aulas. Ce qu’il m’a dit m’a complètement rasséréné. On a pensé qu’à partir du moment où il était demandeur, c’était plutôt positif de trouver des solutions qui ne pénalisent pas l’équipe de France. Notre réflexion était de donner satisfaction à Hervé, que l’on apprécie et qui fait un travail fantastique de repositionnement du football féminin. J’ai même appelé des agents de joueuses pour être sûr que leurs réponses n’étaient pas uniquement spontanées. Il n’y a pas eu de remarque négative.», a-t-il soutenu.

GZ

 

Partarger cet article

Tags

En lecture en ce moment

Affaire bagarre avec Arafat: Débordo Leekunfa donne sa version

Inondations à Grand Bassam: le gouvernement Ivoirien toujours préoccupé