Agriculture : « Nous voulons des récoltes saines et en quantité pour les Ivoiriens » (Adepo Rita, Responsable à Bayer WCA)





agriculture-nous-voulons-des-recoltes-saines-et-en-quantite-pour-les-ivoiriens-adepo-rita-responsable-a-bayer-wca

Pour Rita Adepo, la rencontre de Yamoussoukro est très importante pour la suite de la collaboration avec les coopératives partenaires



Bayer Afrique de l'ouest et du centre rencontre ses coopératives partenaires, jeudi 22 février 2024, à Yamoussoukro. Quels sont le contenu et les objectifs de cette concertation ? Réponse avec la responsable des partenariats, Rita Adepo.

 

Le jeudi 22 février 2024, Bayer WCA a une rencontre avec plusieurs coopératives dans la cadre du programme Moaye-Hêrê. A quoi doit-on s'attendre ?

Bayer va présenter sa contribution à la sécurité alimentaire basée sur l'augmentation des rendements, afin de permettre aux producteurs d'avoir un revenu maximal.

Un partenariat avec ces coopératives présentes en Côte d'Ivoire. Quel impact sur la population ?

Il s'agit de permettre à la population ivoirienne d'avoir les récoltes saines et en grande quantité, grâce à notre accompagnement et ses partenaires sur la chaîne de valeur.

L'un des besoins qui a motivé la mise en place du programme Moaye, c'est l'autonomisation de la femme. Du projet au programme Moaye, êtes-vous satisfait ?

Nous sommes satisfait de ce volet et nous voulons l'étendre par la mise en place de centre Moaye-Hêrê. Et, nous voudrions que ce centre soit géré également par des femmes.

Parlant de sécurité alimentaire, peut-on citer la Côte d'Ivoire comme un pays modèle en Afrique de l'Ouest ? Sinon, quelles actions à mener pour y parvenir ?

Aujourd'hui, nous avons introduit les semences DEKALB et son offre écosystémique. Les producteurs passent aujourd'hui de 2 à 5, voire 6 tonnes à l'hectare, quand les méthodes de bonnes pratiques agricoles sont respectées.

Le réchauffement climatique est une réalité. De plus en plus, la communauté internationale prône l'agroforesterie. Quelle est la contribution de votre groupe, dans le cadre de ce challenge ?

Nous contribuons au programme de reforestation par la distribution d'arbres d'ombrage dans les coopératives, et par le programme de croplife en partenariat avec le ministère des Eaux et forêts.

Pour revenir à la rencontre de Yamoussoukro, qu'attendez-vous des coopératives, après signature de ce partenariat ?

Suite à la signature de ce partenariat, nous proposons notre expertise et celle de nos partenaires aux coopératives, pour leur autonomie, pour leur développement.

Outre le cacao, le coton et le maïs, comptez-vous élargir son éventail de produits agricoles ?

Nous avons un portefeuille qui adresse toutes ces spéculations citées et bien plus.

Vous êtes présent en Afrique de l'Ouest. La Côte d'Ivoire est-elle le pays phare du Programme Moaye dans la sous-région ?

Effectivement la Côte d'Ivoire est le projet pilote, et nous joindrons les autres pays de la sous-région progressivement.

Entretien réalisé par Modeste KONÉ 

 

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Classement FIFA : la Côte d'Ivoire perd 6 places

Manifestation contre le 3e mandat de Ouattara : Bictogo nargue l’opposition et lui fait la morale