31ème Journée mondiale de la liberté de la presse : les journalistes ivoiriens face à la crise environnementale





31eme-journee-mondiale-de-la-liberte-de-la-presse-les-journalistes-ivoiriens-face-a-la-crise-environnementale

Les journalistes ivoiriens ont célébré la 31e édition de la Journée mondiale de la liberté de la presse



Les journalistes de Côte d’Ivoire ont célébré la 31ème journée mondiale de la liberté de la presse, ce vendredi 03 mai 2024, à Abidjan, autour du thème « La presse au service de la planète : le journalisme face à la crise environnementale », devant un parterre de personnalités.

«  La hausse brutale et continue de la température mondiale est enregistrée depuis l’ère industrielle. Autrement dit, c’est l’activité de l’homme qui accentue l’émission des gaz à effet de serre. Les conséquences de ces facteurs combinés sont la diminution de la disponibilité en eau et les mauvais rendements des cultures, des risques accrus de sécheresse, la perte de la biodiversité, des incendies de forêt, des vagues de chaleur, l’immigration climatique avec les risques de fortes perturbations des fragiles équilibres socio-économiques et les conflits sous-jacents », a rappelé le président de l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI), Jean-Claude Coulibaly.

A l’en croire, en agissant aussi imprudemment, l’homme est en train de mettre le feu à sa propre demeure. C’est à ce niveau, selon lui, que les médias devront jouer leur rôle de lanceurs d’alerte, de sensibilisation et d’éducation des masses, en attirant l’attention sur les actions et comportements qui mettent en péril, l’écosystème de la terre-mère.

Au cours de cette célébration, le porte-parole de l’intersyndicale du secteur des médias de Côte d’Ivoire, Sam Wakouboué, a révélé qu’en 2023, selon le rapport de Reporter Sans Frontière, ce sont près de 800 journalistes qui ont connu la prison dans le monde. « Malheureusement, encore à ce jour, ce sont 543 journalistes et 26 de leurs collaborateurs, donc 569 acteurs des médias qui sont toujours dans les cellules des prisons du monde. On note malheureusement 12 journalistes tués dans le monde » a-t-il déploré. Plus loin, il a indiqué qu’en Côte d’Ivoire les acteurs des médias ont exercé librement leur métier.

« Chers amis journalistes, vous avez compris l’incongruité de l’indifférence face au danger qui nous guette. Vous avez décidé d’agir et le gouvernement qui est chargé de mettre en œuvre la vision du président de la République, sous la direction du Premier ministre Robert Beugré Mambé, ne peut que vous soutenir. Vous vous êtes engagés à jouer un rôle crucial dans la construction d’un avenir durable pour tous et vous avez raison. Merci de continuer à produire des contenus d’informations et de sensibilisation des populations », a déclaré, Jean Martial Adou, représentant du ministre de la Communication M. Amadou Coulibaly.

Cette journée a permis à une centaine de journalistes de commémorer cette 31ème édition à travers une marche dans les rues de Cocody dans la matinée. Aussi la Côte d’Ivoire occupe la 53ème place mondiale sur 180 pays dans le classement 2024 sur la liberté de la presse dans le monde de l'ONG Reporters Sans Frontières ( RSF).

E.A

 

En lecture en ce moment

20e congrès de l'Association africaine de l'eau: Le président Yoweri Museveni fait des propositions pour une gestion efficace

Coronavirus : La Sotra procède à la désinfection de tous ses bus