Endettement, Katinan persiste : « La Côte d’Ivoire reste un pays pauvre dont la dette inquiète »





endettement-katinan-persiste-la-cote-divoire-reste-un-pays-pauvre-dont-la-dette-inquiete

L’argument du gouvernement sur la dette ne convainc pas le PPA-CI



Le président du Conseil stratégique et politique (Csp), du Parti des peuples africains Côte d’Ivoire (PPA-CI), Justin Koné Katinan est revenu sur ce qu’on pourrait appeler affaire « Côte d’Ivoire, pays pauvre très endetté ».

Au cours de sa traditionnelle rencontre avec la presse, dénommée « la tribune du PPA-CI » tenu jeudi 16 mai 2024, au siège du parti sis à Cocody, a répondu au gouvernement après que ministre ivoirien  des Finances et du Budget, Adama Coulibaly a assuré que « la Côte d’Ivoire n’est pas du tout un pays pauvre très endetté ».

A la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix de Yamoussoukro, le ministre Adama Coulibaly qui était face aux sénateurs, mardi 14 mai 2024, a tenté de rassurer les Ivoiriens : « La Côte d’Ivoire n’est pas du tout un pays pauvre très endetté. On n’est pas un pays pauvre parce que nous sommes un pays à revenu intermédiaire. Et cela, vous pouvez le constater dans tous les rapports qui existent. Nous ne sommes pas non plus un pays très endetté parce que nous avons un risque d’endettement modéré et cela est visible dans tous les rapports qui existent ». 

Des propos qui ont suscité la réaction de l’ancien ministre du Budget sous Laurent Gbagbo pour qui « le gouvernement ivoirien se débat pour affirmer le contraire, mais les données sont là ».

« La Côte d’Ivoire continue de bénéficier du mécanisme du programme pour les pays pauvres très endettés auquel le pays est éligible depuis juin 2012. Selon les dernières données de la Banque Mondiale en date du 9 mai 2024, la Côte d’Ivoire fait partie des 37 pays, dont 36 en Afrique subsaharienne, qui dans le monde, continuent de bénéficier de ce programme », a-t-il révélé, ajoutant que l’argumentaire développé par le gouvernement a du mal à prospérer.

Pour Justin Katinan Koné, le gouvernement confond le point d’achèvement du PPTE, marqué par l’annulation d’une partie de la dette de la Côte d’Ivoire à la fin du programme lui-même. « Or, bien qu’ayant atteint le point d’achèvement, si la structure de l’économie du pays bénéficiaire présente les mêmes risques que ceux qui prévalaient avant le programme, le pays reste assujetti au mécanisme de contrôle dudit programme », a-t-il développé.

Poursuivant, il a affirmé que la Côte d’Ivoire est classée dans la classe de pays pauvres à revenus intermédiaires de tranches inférieures. « La Côte d’Ivoire reste donc un pays pauvre dont la dette inquiète », a-t-il soutenu avant de déduire : « La Côte d’Ivoire, malgré les dénis du gouvernement se trouve dans cette catégorie ».

« Le tableau publié par la Banque mondiale n’est pas seulement un simple rappel historique des pays ayant bénéficié du programme PPTE, comme veut le faire croire le gouvernement, il s’agit bien d’une liste des pays qui actuellement bénéficient des avantages et les facilités accordés aux pays considérés par la Banque mondiale comme pauvres et très endettés », a signifié le cadre du PPA-CI.

« Le gouverneur veut nier une évidence qui s’impose chaque jour qui passe. La réalité de l’économie ivoirienne ne correspond pas aux ratios macroéconomiques dont il se vante. La pauvreté se vit au quotidien. C’est bien parce que la Côte d’Ivoire est un pays très pauvre que son indice du développement humain est l’un des plus bas au monde (166e sur 193). C’est parce qu’elle se sait très endettée qu’elle se protège contre les vautours qui tournoient sur sa tête. En médecine, les soins intensifs sont destinés à ceux dont l’état de santé en exige », a conclu le président du CSP.

Lambert KOUAME    

En lecture en ce moment

Transport aérien : Les contrôleurs aériens de l’ASECNA lèvent leur préavis de grève

Accusations contre la France : Le Mali demande une réunion spécifique pour présenter ses preuves