Hommage à Bédié : la nation fait ses adieux à Henri Konan Bédié, « homme de paix »





hommage-a-bedie-la-nation-fait-ses-adieux-a-henri-konan-bedie-homme-de-paix

Le chef de l’Etat et son épouse s’inclinant devant la dépouille du président Henri Konan Bédié



La nation ivoirienne a rendu un dernier hommage à l’ancien président, Henri Konan Bédié décédé le 1er août 2023, ce vendredi 24 mai 2024, au palais présidentiel en présence du chef de l’Etat, Alassane Ouattara et plusieurs personnalités d’ici et d’ailleurs, notamment l’ancien président Laurent Gbagbo, l’ancien vice-président Daniel Kablan Duncan, le Premier ministre Robert Beugré Mambé, le président Nana akufo-Addo du Ghana, le Premier ministre du Togo, le président de la commission de l’Uemoa et le gouverneur de la BCEAO.

Ces personnalités avec à leur tête le président de la République Alassane Ouattara se sont inclinées devant la dépouille du président Bédié qui a foulé pour la dernière fois, l’esplanade du Palais de la présidence sous le coup de 10 h 45 couverte par le drapeau national, orange blanc vert, disposé en bande verticale.

Dans son oraison funèbre, le Dr Eugène Aka Aoulélé, président du Conseil économique et social environnemental et culturel a vanté les qualités du président Henri Konan Bédié, « un homme de paix qui a consacré sa vie à construire la paix ».

« Nous nous souvenons de son engagement total et sans réserve pour la recherche de la paix. De sa présence au cœur des débats et négociations en Côte d’Ivoire, en Afrique et dans le monde paix où chacun de ses mots avait une signification profonde pour une réconciliation véritable  en vue de ramener la paix en Côte d’Ivoire », a rappelé Dr Eugène Aka Aouélé.

Poursuivant, le président du Conseil économique et social environnemental et culturel a ajouté que c’est cette dimension d’homme de paix qui a poussé le père de la nation, le président Félix Houphouët-Boigny à lui confier une autre grande responsabilité, celle d’être le protecteur du Prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix.

« C’est cette paix qu’il voulait tant transmettre qui l’a poussé à esquisser des pas de danse historique le 8 février 2023 à Yamoussoukro, lors de la remise du prix Unesco FHB pour la recherche de la paix à l’ex Chancelière allemande Angela Merkel », a déduit l’ancien ministre de la Santé et de l’Hygiène publique.

D’ailleurs, le nom N’Zueba « l’eau arrive » en langue baoulé que portait le Sphinx de Daoukro n’était pas fortuit. Pour lui, cela traduit son désir profond d’être un porteur d’eau, source de perpétuation de la vie.

« Vous êtes un grand homme, un bâtisseur, un homme de valeur, votre silence nous peine. Nos sanglots et nos lamentations sont des révoltes sournoises face au vide que vous laissez. La Côte d’Ivoire perd en vous un lieu de repère un condensé d’expériences, un homme accompli et d’accomplissement, un artisan de la paix, un fervent adepte du dialogue fécond, un grand serviteur de l’Etat, un homme qui a su bâtir son histoire et influençant l’histoire de son pays », a-t-il poursuivi ses éloges à celui qui a dirigé la Côte d’Ivoire de 1993 à 1999.        

Se tournant vers Henriette Konan Bédié, l’orateur a eu des mots de réconfort et lui a demandé de sécher ses larmes, car son époux aura « vécu utile, vécu vrai et vécu heureux ».

Dans son témoignage, le président du PDCI-RDA, Tidjane Thiam a rendu hommage à l’homme d’Etat qu’est le président Henri Konan Bédié.

Il a à son tour décrit le président Bédié comme un homme caractérisé par son « affabilité, sa gentillesse et sa politesse » et qui adorait son épouse, ses enfants, ses petits-enfants.

En tant que leader et homme d’Etat, le président Bédié, selon Tidjane Thiam était doté d’une intelligence exceptionnelle et avait une vision du futur affûtée.

« Notre pays a donc eu une chance unique d’avoir un tel homme. Nous devons donc tout simplement lui dire merci », a-t-il conclu.

Exécution de l’hymne national, défilé militaire en honneur de celui qui a dirigé le pays de 1993 à 1999, suivi de la remise du drapeau à Henriette Konan Bédié, moment de grandes émotions avant que la dépouille d’Henri Konan Bédié ne quitte le palais autour de 12 h 10, dans une atmosphère lourde.

Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

Aviation civile : les États face aux défis de la reprise post-Covid 19

Foot: un grand 8 à Lisbonne pour boucler la Ligue des champions