Hommage à Bédié : Guikahué évoque la dernière volonté de l’ancien président





hommage-a-bedie-guikahue-evoque-la-derniere-volonte-de-lancien-president

Les militants ont effectué nombreux le déplacement à la Maison du parti pour rendre l’ultime hommage au président Bédié



Après l’hommage de la nation et de l’Assemblée nationale, le PDCI-RDA, la formation politique que le président Henri Konan Bédié a dirigée depuis 1993 jusqu’à son dernier souffle le 1er août 2023, lui a rendu un hommage ce samedi 25 mai 2024, à la Maison du parti, à Cocody.

Au cours de cette journée d’hommage, Maurice Kakou Guikahué, ancien chef du secrétariat exécutif du PDCI-RDA, a, dans un témoignage, dévoilé la dernière volonté du président Henri Konan Bédié pour « sa Côte d’Ivoire » bien aimée.

Ci-dessous le témoignage  

TÉMOIGNAGE DU PR MAURICE KAKOU GUIKAHUÉ- ANCIEN CHEF DU SECRÉTARIAT EXÉCUTIF DU PDCI- RDA

Monsieur Tidjane THIAM, Président du PDCI- RDA ;

Madame Henriette Konan BEDIE ;

Honorables membres des Instances du Parti ;

Amis et connaissances du Président Henri Konan BEDIE

Militantes et Militants :

Mesdames et Messieurs :

Les grandes douleurs sont muettes, disait Séneque.

Assommé par la profondeur de la peine et la stupéfaction qui nous a tous laissés sans voix, ce mardi 1er août 2023, j’avais choisi de garder le silence.

Mais devoir oblige, je me fais violence pour dire ces quelques mots.

Monsieur le Président du PDCI- RDA ;

Madame Henriette Konan BEDIE, chers Enfants, famille BEDIE, familles KOIZAN et alliées ; Militantes et militants du PDCI- RDA,

Recevez l’expression de mes condoléances les plus attristées.

Oui, le Président Henri Konan BEDIE s’en est allé !

Celui qui incarnait le PDCI-RDA, depuis le départ du père fondateur, Félix HOUPHOUET-BOIGNY ; ce Président charismatique et protecteur des militants a rendu son dernier souffle, à deux mois du Treizième congrès ordinaire du Parti qu’il avait si méticuleusement préparé.

Celui avec qui j’avais eu une longue séance de travail, le vendredi 07 juillet 2023, avant mon voyage hors du pays ; séance au cours de laquelle, il avait dessiné les contours d’une nouvelle organisation tirée des expériences du passé récent, d’un PDCI-RDA, revigoré, autonome, indépendant, plus résilient et conquérant, n’est plus !

Il nous a quittés dans un silence qui résonne encore dans nos cœurs, sans avoir eu le temps de donner ses dernières consignes comme Félix HOUPHOUET-BOIGNY, les lui avait données, le dimanche 3 octobre 1993, à l’Hôtel MASSERAN, à Paris.

Ce grand homme qui a incarné sa vie durant les valeurs de paix, de réconciliation, d’amitié sincère, de fermeté dans ses engagements et de respect de la parole donnée, nous a effectivement quittés.

Cet intellectuel accompli, homme de culture, pointilleux sur les termes et les mots choisis dans son discours, homme pacifique, grand démocrate, homme de conciliation et d’ouverture, nationaliste hélas incompris est parti, à jamais !

Ma première rencontre avec le Président Henri Konan BEDIE, alors Président de l’Assemblée nationale, se situe en 1982, lors du Gala de clôture de la semaine de l’Étudiant ; j’étais Président du Mouvement des Étudiants et Élèves de Côte d’Ivoire (MEECI).

Quelques années plus tard, en 1991, le Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY m’instruisit, en ma qualité de Président du Congrès constitutif de la Jeunesse du PDCI- RDA (JPDCI), à l’effet de rencontrer le Président Henri Konan BEDIE, afin de trancher l’épineuse question du second tour de l’élection du Président de la JPDCI qui avait enregistré 8 candidats.

Les sages recommandations qu’il nous fit permirent au Congrès de se terminer sans incidents et en apothéose, avec l’élection du Premier Président de la JPDCI, KONÉ Mahamadou.

Ma longue collaboration avec le Président Henri Konan BEDIE à qui je vouais des sentiments filiaux, était empreinte de bienveillance, de confiance, de fidélité et de loyauté. Henri Konan BEDIE était pour moi, le testament politique que m’a légué le Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY et je lui avais confié ma carrière politique.

Le Président Henri Konan BEDIE fut un patron, avare en compliments ; mais il exprimait ses sentiments de satisfaction à travers des causeries avec de tierces personnes. Cependant nous partagions une sorte de complicité. Il m’honorait par la grande solennité qu’il accordait à nos séances de travail. Des confidences de son entourage me rapportaient que lorsque j’étais annoncé pour une séance de travail, surtout quand il était à Daoukro, dès la veille déjà, il ne cessait de répéter : « Demain je reçois mon Secrétaire Exécutif ».

Devant l’exposé d’une situation, il réagissait souvent en code. Soit il tirait une taffe de son cigare quand il était satisfait soit il hochait la tête quand il était dubitatif soit encore, il enroulait un brin de ses cheveux sur la tempe droite, quand la conversation lui semblait ennuyeuse.

Face à la plupart des requêtes, il disait « Allez voir Guikahué ». Quand il était d’accord, dès que le visiteur sortait, il m’appelait pour me donner des instructions. Dans le cas où sa décision n’était pas encore prise, il gardait le silence. De nombreux cadres m’en ont tenu ainsi rigueur pensant que je choisissais de ne pas exécuter les ordres du Président. Dans la position qui était la mienne, j’avais très tôt compris que je devais assumer. C’est l’engagement que j’avais pris dès ma nomination en octobre 2013, comme Secrétaire Exécutif, Chef du Secrétariat Exécutif.

Oui, Président, j’ai vraiment été votre Secrétaire Exécutif même dans les moments difficiles de la gestion du PDCI-RDA. 

Je reste marqué par votre calme olympien, votre pondération, votre goût prononcé pour les initiatives et votre capacité extraordinaire de lecture.

Chantre de la démocratie participative apaisée, le Président Henri Konan BEDIE avait dédié la fin de sa carrière politique au combat de la réconciliation nationale à travers cette profession de foi et je cite :

« Ma Foi en la Côte d’Ivoire fraternelle n’a jamais failli malgré nos douleurs, nos souffrances du passé...Mon ambition pour la Côte d’Ivoire est très grande ; je veux apporter toutes mes forces, les forces qui me restent, à la réconciliation vraie dans mon pays…».

Malgré les énormes sacrifices qu’il a consentis ; sa volonté de regrouper les « enfants » de Félix HOUPHOUET-BOIGNY, à travers le groupement politique du Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) a été contrariée.

Homme d’État visionnaire, il s’était engagé à faire de la Côte-d’Ivoire, un pays industrialisé en un quart de siècle et avait projeté d’amener son pays aux « nouvelles frontières du développement ».

Sa dernière volonté était de laisser aux générations de sa Côte d’Ivoire bien aimée, un pays riche de sa diversité ; un pays où toutes les populations vivent harmonieusement en paix, avec un nouveau projet démocratique dénué d’intérêts partisans et basé sur un dialogue franc et sincère.

Hélas !! Mille fois Hélas !!

Henri Konan BEDIE, une symphonie inachevée !!!

PRÉSIDENT.

Le Président HOUPHOUET-BOIGNY nous avait laissé en héritage, vous et le PDCI-RDA. Au moment où vous allez vers lui, dites-lui que le PDCI-RDA vit et vivra très, très longtemps.

ILS NE SONT PLUS

LES BEAUX JOURS DE L’AMITIÉ

TOUS NOS AÎNÉS

ONT QUITTÉ LE GRAND PARTI

ILS SONT PARTIS

AU PAYS DU GRAND REPOS

J’ENTENDS LEURS DOUCES VOIX CHANTER

OH EH GRANDS MILITANTS

ME VOILA ME VOILA

TOUT BRISÉ PAR LES TRAVAUX

J’ENTENDS LEURS DOUCES VOIX CHANTER

OH EH GRANDS MILITANTS

ADIEU MONSIEUR LE PRÉSIDENT !

Fait à Abidjan, le 25 mai 2024

Pr Maurice KAKOU GUIKAHUÉ

Ancien Secrétaire Exécutif, Chef du Secrétariat Exécutif

Vice-Président du PDCI-RDA

En lecture en ce moment

La finale de la ligue africaine des champions tourne à la comédie

Rififi au GX, Bictogo et Tohé candidats à l’élection de la FIF