Matchs amicaux internationaux : les Eléphantes U17 se préparent pour une double confrontation contre le Maroc





matchs-amicaux-internationaux-les-elephantes-u17-se-preparent-pour-une-double-confrontation-contre-le-maroc

Les éléphantes U17 au laboratoire pour les échéances futures



La sélection féminine U17 de Côte d’Ivoire a une double confrontation contre le Maroc, dans le cadre de deux rencontres amicales. La première rencontre se tiendra le vendredi 31 mai 2024 à 16h, au complexe Mohammed VI de Rabat et le second match se disputera le lundi 3 juin 2024, dans la même enceinte et à la même heure.

Pour cette double confrontation, les 21 joueuses sélectionnées ont pris part à une séance d’entraînement, avec leur coach Adélaïde Koudougnon, ce mercredi 29 mai 2024, au Parc des sports de Treichville. C’était une occasion pour le sélectionneur de bien préparer ses filles, qui ont débuté il y a à peine 3 mois et n’ont jamais participé à des tournois locaux, ni internationaux.

« C’est une nouvelle équipe, c’est une première fois qu’elles participent à des matchs amicaux à l’étranger. Elles ont encore des lacunes, mais nous allons nous améliorer », indique l’entraîneur. Rappelant que la Fédération ivoirienne de football (FIF), ne donne « pas d’occasion à ces débutantes de faire leur premier pas dans le championnat ivoirien, afin qu’elles puissent être performantes ».

Elle a également souligné que son équipe a « suffisamment de potentiel pour gagner cette double confrontation au royaume chérifien », afin d’obtenir un ticket pour la Can U17 féminine.

Pricillia Digbeu, la capitaine des U17, a pour sa part, affirmé sa joie d’effectuer ce premier voyage qui va permettre à son équipe de franchir un cap dans son évolution. « C’est un plaisir pour nous d’aller au Maroc et de jouer ces différents matchs amicaux. Nous allons tout donner sur le terrain afin de gagner », a-t-elle soutenu.

Cette préparation a été sanctionnée par un match amical contre la SOA.

Elisa Achi

 

Partarger cet article

Tags

En lecture en ce moment

Après la libération de proches de Guillaumes Soro, le RACI demande au président, un effort supplémentaire (déclaration)

Houphouët a eu raison