Représentativité politique des femmes dans les institutions étatiques : Wildaf-Afrique de l’Ouest lance le projet « 50% aussi pour elles »





representativite-politique-des-femmes-dans-les-institutions-etatiques-wildaf-afrique-de-louest-lance-le-projet-50-aussi-pour-elles

Les membres de Wildaf-Afrique de l’Ouest font un plaidoyer pour une plus forte représentativité des femmes dans les institutions



Pour une forte représentativité politique des femmes dans les institutions de l’Etat, Women in law and development in Africa/ Femmes droit et développement en Afrique (Wildaf-Afrique de l’Ouest), en mission de plaidoyer en Côte d’Ivoire, initie un projet dénommé « 50% aussi pour elles », financé par le fonds féministe en action.

L’information a été donnée lors d’une conférence de presse, qui s’est tenue ce jeudi 06 juin 2024, dans la commune du Plateau à Abidjan, autour du thème : « L’Application effective des cadres existants pour aller vers la norme paritaire de l’Union africaine ».

« Wildaf est une organisation sous régionale qui couvre onze pays. Il a pour rôle de promouvoir les droits humains, spécifiquement les droits de la femme, à partir de l’utilisation du droit. Nous estimons que le développement peut passer parfaitement par l’application du droit et par le vote des bonnes lois », a expliqué la présidente de Wildaf de Côte d’Ivoire, Mme Fatou Fadika-Coulibaly.

Rappelant que l’une des activités de ce projet a permis de mettre en place le mouvement « 50 % aussi pour elles  », qui ambitionne de porter la participation politique des femmes et des filles en Afrique de l’Ouest à 50 pour cent d’ici de 2030.

 « La mission était de porter un message à l’endroit des populations pour créer une opinion favorable à l’idée d’une meilleure participation des femmes à la vie politique. Ce message est passé à travers les différents rencontres que nous avions eue notamment aux conseils nationales des droits de l’homme, aux conseils constitutionnelles, l’assemblée générale et auprès des organisations de la société civile. Qui d’ailleurs ce sont jointe à nous pour porter ce message. Les dispositions qui ont été pris elles sont bonnes, elles doivent être complété et surtout il faut qu’elles soient appliquées », a-t-elle ajouté. 

Au cours de cette conférence, les membres du mouvement se sont engagés à poursuivre leurs efforts pour une participation de meilleure qualité des hommes et des femmes aux affaires publiques et politiques, en continuant à renforcer les capacités des femmes à participer à la prise de décision, à contribuer à lever toutes les barrière sociales et culturelles et à renforcer les capacités des membres des partis politiques et des citoyens à mieux exercer leurs droits lors des contentieux électoraux.

Le mouvement « 50 % aussi pour elles », dans le cadre de sa tournée de plaidoyer en Côte d’Ivoire entend mener une démarche à l’endroit de la ministre de la Femme, de la famille et de l’enfant, aux institutions de l’Etat, mais aussi des femmes leaders politiques, des organisations de la société civile dirigées par des femmes et des femmes de la société civile pour favoriser la participation politique des femmes.

 E.A

 

En lecture en ce moment

Transport aérien : Le Syndicat des Aiguilleurs du ciel en Côte d’Ivoire lève son préavis de grève

Solidarité ramadan : L’Amicale des musulmans de la Sotra vient en aide l’orphelinat Khlalid ibn Walid d’Abobo