Kandia Camara aux enseignants qui projettent une grève mardi : "Nous allons engager la procédure de radiation de ces personnes"





Kandia Camara,COSEF-CI,grève


Dans une conférence de presse qu’elle a animée, ce lundi, à son cabinet, la ministre de l'Éducation nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, Kandia Camara, a menacé d’engager une procédure de radiation à l’encontre des enseignants qui entreront en grève, mardi, à la suite du mot d’ordre de la Coalition des syndicats du secteur éducation et formation de Côte d'Ivoire (COSEF-CI).
"Je vous le promets, tous ceux qui vont faire la grève, nous allons faire leur liste pour la remettre au Premier ministre. Nous allons engager la procédure de radiation contre ces personnes ", a promis la ministre.
Selon elle, les enseignants qui vont débrayer ce mardi, non seulement, il y aura des ponctions sur leurs salaires, mais en plus, elle va "purement et simplement les mettre à la disposition de la fonction publique". Parce qu’elle considère "qu’ils n’ont plus envie d’être dans le corps de l’enseignement". Elle a martelé : "la récréation est terminée, trop c’est trop".
Kandia Camara a qualifié cette grève d’illégale parce qu’elle n’a pas été précédée du dépôt d’un préavis de grève. C’est pourquoi, elle a appelé tous les enseignants à ne pas s’associer à une grève qui n’est pas légale.
Elle a rappelé qu’en 2017, une trêve sociale avait été signée entre le gouvernement et les syndicats où, l’État s’était engager à décaisser plus de 1000 milliards pour améliorer leurs conditions de vie et de travail. "Malgré ça, ils ont fait la grève. Le Premier ministre a dit que ça ne faisait rien et qu’il fallait engager les discussions. Ce qu’on a fait. Alors que les négociations sont bien engagées, la COSEF-CI veut reprendre la grève. Je dis que trop, c’est trop".

Modeste KONE

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Communiqué du Conseil des Ministres du mercredi 10 avril 2019

Côte d’Ivoire / Filière café-cacao : Les producteurs et le conseil relèvent des insuffisances dans la réforme