Le ministère de la Santé dément l’existence d’un COVID-Omicron XBB (Communiqué)





le-ministere-de-la-sante-dement-lexistence-dun-covid-omicron-xbb-communique

Le ministère de la Santé dément l’existence d’un COVID-Omicron XBB (Communiqué)



Le ministère de la Santé a apporté, vendredi 28 juin 2024 à travers un communiqué, un démenti sur l’existence d’un COVID-Omicron XBB, cinq fois plus dangereux que la variante Delta avec un taux de mortalité plus élevé.

Cette réaction est consécutive à des informations attribuées à l’OMS et au ministère de la Santé, de l’Hygiène publique et de la Couverture maladie universelle circulant sur les réseaux sociaux, mentionnant une épidémie d’un “COVID-Omicron XBB, cinq fois plus dangereux que la variante Delta, avec un taux de mortalité plus élevé”.

“Ces messages malveillants, visant à semer le doute et la peur parmi la population, sont des fake news”, assène le ministère de la Santé.

Le communiqué explique que suite à la résurgence de cas de COVID-19 dans certains pays de la sous-région et après le retour du Hadj, des mesures ont été prises pour prévenir tout risque de propagation du coronavirus en Côte d’Ivoire.

Un dispositif d’information et de contrôle sanitaire a été mis en place à l’aéroport Félix Houphouët-Boigny depuis le 24 juin, pour tester les voyageurs de retour du Hadj et de certains pays à risque. Ce dispositif a permis, à ce jour, d’enregistrer 25 cas de COVID-19 sur 619 voyageurs testés (PCR), soit un taux de positivité de 4%, sans aucun décès.

Ce taux est en dessous du seuil de contrôle de la maladie. Les cas positifs sont mis en isolement et suivis, avec une observance stricte des mesures barrières conformément à la stratégie nationale de lutte contre la COVID-19.

Le ministère recommande des mesures pour assurer la protection des populations, notamment le depistage systématique de la COVID-19 chez les personnes présentant des symptômes tels que la fièvre, la toux et des difficultés respiratoires. Il exhorte au respect des mesures barrières, les personnes affectées et leur entourage, notamment le port du masque et le lavage des mains à l’eau et au savon.

Il signale qu’en cas de test COVID positif, la consultation et la prise en charge sont gratuites dans le centre de santé le plus proche, et invite les personnes vulnérables à se faire vacciner et à observer les mesures barrières.

Le ministère de la Santé, de l’Hygiène publique et de la Couverture maladie universelle annonce que les vaccins sont disponibles et administrés gratuitement dans les établissements sanitaires. Il invite la population à la vigilance, à la sérénité et surtout à ne pas céder à la panique.

AIP

 

En lecture en ce moment

Rififi à la FIDHOP: Une dizaine de membres se désolidarise de Dr Boga Sako

Tours jumelles de la Riviera Golf : le ministre Bruno Koné et la DG de Twins immobilier se sont compris