Côte d’Ivoire / Des acheteurs bloquent un camion d’anacarde et exigent un reliquat de 15 millions





Odienné,Anacarde


Un groupe de  pisteurs a bloqué un camion chargé d’anacarde pour exiger de l’acteur, le paiement d’une somme de 15 millions en guise d’impayés accumulés depuis la campagne 2018 à 2019.

“Nous avons bloqué le camion de Kamal Zein pour lui exiger le paiement des impayés de la campagne passée évalués à huit millions F CFA et les sommes dues à un de nos camarade qui est de sept millions F. Nous lui demandons de payer notre argent pour nous permettre de faire face à nos charges”, a dénoncé Koné Karim joint par l’AIP.

Pour le responsable local du conseil du coton et de l’anacarde, Soro Nabala l’acheteur a fait des efforts considérables en payant plus de 44 millions sur 46 millions pour 103 tonnes qui lui ont été livrés en 2018.

L’acheteur dit avoir payé plus de 44 millions F CFA sur 46 millions qui constituaient sa dette vis-à-vis des pisteurs. “J’ai épongé leur dette, il reste plus que deux millions. La dette de huit millions je ne la reconnait pas car je leur ai bien expliqué qu’en raison de la chute des prix le produit qu’ils m’ont livré je ne pouvais que l’acheter à 450 F. A ce prix je leur dois 2,2 millions et non 8 millions F CFA”, a précisé Kamal Zein.

Après de chaudes disputes entre les fournisseurs du produit et le représentant de l’acheteur, le camion a été libéré. Mais les fournisseurs du produit disent être mécontent et se disent désabusés par l’acheteur qui veut leur imposer son prix au mépris du prix officiel fixé lors de la campagne 2018 qui était de 500 F bord-champ.

Depuis la campagne de 2018, la filière cajou connait des problèmes de commercialisation. Le prix bord champ qui était de 500 F en 2018 n’a pas été respecté et pour la campagne 2019, le prix a été revu à la baisse à 375 F.

(AIP)

SS/kam

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Dialogue sur la reforme de la CEI : Le parti de Sam l’Africain "se réserve le droit de ne pas reconnaître les résultats des travaux"

5e Journée internationale contre l’impunité des crimes commis contre les journalistes : les journalistes ivoiriens ont fait l’Etat des lieux