L’équilibre de la terreur







Il est à l’état civil Soro Kigbafori Guillaume. Ses hagiographes l’appellent intimement ‘’Bogota’’, son nom de chef rebelle non repenti, et pour les modérés, adeptes des contes au clair de lune, ‘’ThiéniGbanani’’. Ce ‘’jeune homme’’ est ‘’dangereux’’ en ce qui concerne la paix et la cohésion nationale en Côte d’Ivoire. Il ne comprend que le langage de la violence politique, de la rébellion sous la coupe des Com-Zones qu’il a infantilisés hier pour monter d’élévation en élévation fulgurante par un raccourci : être chef de la rébellion ivoirienne contre un certain Laurent Gbagbo dont il s’est attaché les services d’un de ses obligés, Me Rodrigue Dadjé, l’Avocat de l’ex-Première dame, Simone Ehivet Gbagbo, une épouse, une mère, qu’il a chassée hier de manière humiliante avec ses rebelles, appuyés militairement par le Burkina-Faso de Blaise Compaoré, de la CEDEAO et l’ONUCI. Certes, Laurent Gbagbo l’a initié hier à la violence politique du temps où il était Secrétaire Général de la Fesci. Il a fait chasser le ‘’maître’’ hier du pouvoir avec la ‘’vielle mère’’ Simone Gbagbo convoyée hier les cheveux défaits, ébouriffés, les yeux hagards à l’Hôtel de Golfe. Auparavant, il avait donné son feu vert pour que Laurent Gbagbo, épouse, enfants et proches collaborateurs réfugiés dans le bunker soient passés de vie à trépas. Est-ce ‘’jeune homme’’ qui revient aujourd’hui confier sa défense dans un procès qui ne vaut la peine contre ‘’l’Essor Ivoirien’’ à Me Rodrigue Dadjé ? L’Avocat de renom de Mme Simone Ehivet Gbagbo ? Est-il revenu toute honte bue au FPI du Woody de Mama ? A-t-il confessé à Mme Gbagbo, ‘’Je vous demande pardon ?’’ Pas du tout, parce qu’il a été un rebelle toujours non repenti. Qui a retournée aujourd’hui sa veste contre le régime Ouattara. A-t-il un blanc-seing pour user de menaces d’invectives, d’injures contre le pouvoir d’Abidjan ? ‘’L’Essor Ivoirien’’ porte aujourd’hui plainte contre lui. Et il sera cueilli dans son refuge, son village natal à Ferkessédougou dont nous donnerons le nom dans notre plainte, pour être exfiltré au TPI pour répondre de ses actes, Laurent Gbagbo étant acquitté et libre. Soro Guillaume doit maintenant payer pour les 3.000 morts de la crise postélectorale avec ses séides et ce ne sera que justice rendue aux victimes. Et ce sera aussi l’équilibre de la terreur pour cet homme qui se cache la nuit tombée dans les bois sacrés et qui menace la paix et la stabilité en Côte d’Ivoire. C’est un pari pour nous après ‘’plainte farfelue’’ contre ‘’l’Essor Ivoirien’’, le journal qui l’empêche de créer une nouvelle ‘’rébellion’’ dans le Nord contre le pouvoir d’Abidjan.

Bonnes lectures à tous et à la semaine prochaine, inch’Allah, si nous ne tombons pas sous les balles assassines de cet ‘’ex-chef rebelle’’ encore en liberté sous nos cieux !

 

Bill Terrasson

En lecture en ce moment

Mon courrier à Monsieur le président de la République

Maracana : Le Tournoi Des Natifs prend son envol