Bédié est-il présidentiable ?







Nos amis d’en face, pour parler comme Fologo, ont levé un gros lièvre qui est en train courir. On doit continuer à le poursuivre. La question «bête, bête»  qui avait été posée et qui a suscité une foultitude de réactions donne quoi en l’appliquant à leur grand champion à eux ? Henri Konan Bédié est-il présidentiable en 2020 ? Pour nous, la réponse est claire et sans aucune ambiguïté. N’zueba est bel et bien présidentiable. Il semble en bonne santé. Il jouit de toutes ses facultés mentales et physiques. Il est  «Ivoirien de père et de mère eux-mêmes ivoiriens de naissance » selon la doctrine de l’ivoirité qu’il a inventée. Il était inéligible au regard de l’ancienne constitution qui limitait l’âge des candidats à la présidentielle à 75 ans mais, aujourd’hui, il est éligible grâce à Alassane Ouattara qui a fait adopter une nouvelle constitution qui a effacé le verrou de la limitation de l’âge.

Il est présidentiable mais, peut-il être en 2020 un bon président pour notre pays la Côte d’Ivoire ? Notre réponse est également sans aucune ambigüité possible. NON. Bédié ne peut pas être un bon président pour ce pays. Pourquoi ?

Tiken Jah Fakoly énonce qu’il a été le plus mauvais président de l’histoire de la Côte d’Ivoire indépendante. Jean Konan Banny indique qu’on ne devrait plus confier le canari de bandji (le pays) à celui qui l’avait cassé. Pour Affi N’guessan, Bédié est un pneu réchappé juste bon pour la fourrière. Bédié, lui-même a informé la nation entière en 2010 qu’en se présentant comme candidat, il était en train de mener son dernier combat.

Au-delà de ce qu’en pensent les autres, notre avis personnel est que Bédié ne peut pas faire mieux que ce qu’il a déjà fait pour ce pays. Son bilan en sept de gestion de pays ne plaide pas en  faveur de son retour aux affaires. De triste mémoire, la gestion chaotique du pays par le successeur du Père de la Nation, a conduit le pays dans les profondeurs de gouffre. Les citoyens qui vivaient en bonne intelligence depuis des lustres ont été  catégorisés en citoyens de seconde zone et en citoyens de première classe. Tous ceux dont les noms ne luisaient pas dans le miroir de l’hideuse ivoirité ont été mis à l’écart de la gestion du pays. Sur le plan économique et infrastructurel, Bédié présente un bilan très maigre. En sept ans au pouvoir, zéro université, zéro pont, zéro stade, zéro salle de sport ou de spectacle, zéro gratte-ciel pour compléter ceux construits par Houphouët… zéro grande œuvre ne porte sa signature à part les grands chantiers de Daoukro et de Prepressou laissés à l’abandon une fois le pouvoir perdu. Sous Bédié, la Côte d’Ivoire a enregistré son premier coup d’état militaire qui a ouvert la boite de pandore. Ce coup d’état a été assimilé par Laurent Gbagbo à une révolution des œillets pour attester que c’était une action  utile pour freiner les dégâts au sommet de l’Etat.

Enfin, Bédié ne peut pas être un bon président parce qu’il n’a pas un projet de société capable de surpasser ce qu’il a déjà réalisé en sept ans et dont le bilan est négatif. Sur la terre des hommes, aucun président n’a été chassé du pouvoir par un coup d’état et est revenu au pouvoir 20 ans après par les urnes. Le Sphinx de Daoukro a quitté le pouvoir depuis deux décennies. Cela signifie que ses réseaux sont désactivés. Tous ses collègues avec qui il traitait ne sont plus aux affaires. Sa génération est à la retraite. Il mérite lui également de prendre sa retraite puisque malgré tout, il reste un humain.

 

Traoré Moussa

En lecture en ce moment

Concert Debordo-Arafat du 29 décembre/ Debordo retiré de l’événement

Les dessous du « pacte Bédié-Gbagbo »