L’INHP en campagne d’éradication de la Dengue





La Dengue,Campagne d'éradication,INHP


L’Institut national d’hygiène publique (INHP) a lancé, samedi, dans les quartiers Caféier 1 et 2, d’Angré-Cocody, une opération de démoustication de la Dengue dont l’épidémie a causé, cette année, deux morts parmi 130 cas confirmés dont 76 à Cocody, selon le ministère de la Santé et de l’hygiène publique.

Président du syndic des habitants de Caféier 1, Andjou Joseph, a abattu les bananiers de son petit jardin, la plante constituant un réservoir potentiel de larves avant le lancement de la pulvérisation d’insecticides par le directeur général de la Santé, Pr Mamadou Samba.

“J’invite les habitants à réserver un bon accueil à nos équipes et ceux de Caféier à poursuivre la sensibilisation”, a-t-il dit.

La sensibilisation porte sur l’assèchement des flaques d’eau, le changement, tous les deux jours de l’eau des pots de fleur, la vidange de toutes les retenues après chaque pluie et une bonne fermeture des récipients de stockage d’eau.

Cette campagne a démarré à Bingerville après une phase de sensibilisation des populations sur le danger de toutes sortes de retenues d’eaux claires, gîtes larvaires, selon le directeur général de l’INHP, Pr Bénie Bi Joseph.

La campagne de démoustication s’étendra sur l’ensemble du territoire national concomitamment avec la distribution de moustiquaires imprégnées.

Des cas suspects de dengue ont été notifiés pour la première fois le 22 avril 2017 et confirmés par le laboratoire de l’Institut Pasteur le 28 avril 2017. Au 11 juillet 2017, 623 cas suspects, dont deux mortels avaient été notifiés. Au total, 192 cas avaient été confirmés cette année-là.

Les symptômes de la maladie sont une forte fièvre, des rougeurs et des douleurs musculaires et articulaires, une fatigue intense, un manque d’appétit, des maux de tête. Les cas graves peuvent être caractérisés par de sévères hémorragies avec choc septique, potentiellement mortelles.

(AIP)

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Un jumelage entre le jardin botanique de Bingerville et celui de Nancy (France) en projet

Côte d’Ivoire / Empêchés d’assister à l’audience de leur collègue Alain Lobognon, des députés en colère crient : "trop, c’est trop"