Décès d’une femme et de son bébé à Yaou : Le ministère va bientôt frapper





Yaou,Bonoua,ministère de la Santé et de l’hygiène publique


Dans l’affaire du décès d’une femme et de son bébé à Yaou, le ministère, dans un communiqué, a tenu à rétablir la vérité tout en annonçant des sanctions à l’encontre des agents de santé coupables. 
"Le ministre prévoit des sanctions administratives et disciplinaires dans les prochains jours après enquête de ses services. La procédure est engagée", annonce-t-il.
Ci-dessous l’intégralité de la déclaration.   

Yaou (Bonoua) / Décès d’une femme à terme
L’ambulance a bel et bien été inaugurée 
Contrairement aux informations diffusées par un organe de presse ce lundi et sur les réseaux sociaux depuis quelques jours, faisant état de ce que l’ambulance de Yaou (3 km de Bonoua) était en attente d’inauguration, ce qui aurait provoqué la mort d’une jeune dame, le ministère de la santé et de l’hygiène publique s’inscrit en faux. 
Le département ministériel en charge de la politique de santé et de l’hygiène publique, tient à rassurer la communauté nationale que l’ambulance a bel et bien été inaugurée le samedi 8 septembre 2018 en présence du Pr Kadjo Auguste des maladies infectieuses, Jean-Claude Koffi, le directeur départemental de la santé de Grand Bassam, la notabilité du village de Yaou et du donateur Gnegnin Boua, un cadre du village. Le président du comité de gestion du CSR Otchomou Otchomou Emmanuel a même précisé qu’un chauffeur a été affecté à l’ambulance. D’où vient donc cette fausse rumeur, entretenue sur les réseaux sociaux et qui s’est répandue comme une trainée de poudre dans les médias ? 
Au cours d'un entretien ce dimanche avec une délégation ministérielle conduite par le directeur de cabinet Joseph Acka, le Roi de Yaou, Nana N'guessan Limbé 2 a aussi déploré le traitement erroné de ce drame sur les réseaux sociaux. Le Roi a par la suite souhaité que des mesures soient prises pour ne pas que de telles situations se reproduisent. 
Le ministre prévoit des sanctions administratives et disciplinaires dans les prochains jours après enquête de ses services. La procédure est engagée.  
Le ministre de la santé et de l’hygiène publique, Dr Aka Aouélé a depuis sa prise de fonction pris des mesures drastiques pour remettre à l’ordre les agents de santé dont la conduite met en mauvaise posture le système sanitaire ivoirien. 
Le ministère de la santé et de l’hygiène publique dénonce ces informations diffamatoires qui n’ont pas fait l’objet de traitement professionnel en recueillant les informations sur le terrain.

En lecture en ce moment

Mali/ 21 soldats tués lors de l'attaque d'un camp militaire par des groupes jihadistes

Côte d’Ivoire/Transport lagunaire de Yopougon : Les pinasses empêchées de travailler ce matin à Yopougon