Réforme de la CEI : Bédié dévoile les propositions du PDCI et des 23 partis de l’opposition





Réforme CEI,PDCI,23 Partis de l'opposition


Le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, opposition), Henri Konan Bédié, a dévoilé ce jeudi, un pan des propositions faites par son partis et les 23 autres de l’opposition sur la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI, organe en charge des élections).  

"Mesdames et Messieurs les membres du Bureau Politique, concernant la réforme de la CEI, je vous informe que le PDCI-RDA et les partis politiques de l’opposition ivoirienne, cités plus haut, ont élaboré un projet de réforme de cet organe qui respecte l’esprit et la lettre de cet arrêt pré cité", a déclaré Henri Konan Bédié, lors d’une réunion du bureau politique tenue au siège dudit part.

Ce projet exclut la présence de représentants de l’administration publique et ceux des institutions républicaines, tout comme les représentants des confessions religieuses.

 

Ainsi, le PDCI propose la gestion opérationnelle des élections à une commission centrale composée de personnalités indépendantes, recrutées par appel à candidature, pour assurer les postes de Président et de deux (2) vice-présidents des personnalités de la société civile, à savoir des avocats, des magistrats, des représentants d’ONG et de personnalités représentant les partis politiques de l’opposition ivoirienne et ceux du pouvoir exécutif, en nombre égal, pour assurer des missions de contrôle et de vérification du processus et des opérations électorales, sans voix délibérative.

La CEI, fait l’objet de critique et de contestation de la part de l’opposition ivoirienne. La Cour africaine des droits de l’homme de son côté a demandé au gouvernement de la réformer. Cette réforme voulue par la Cour africaine fait l’objet d’interprétations différentes.

Tandis que le pouvoir parle de réforme sur sa composition, l’opposition parle de réforme en profondeur.

Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

Liverpool , nouveau roi d'Europe

Discours de nouvel an du président Alassane Ouattara