Yopougon : Des syndicats du transport prêts à collaborer avec les forces de l’ordre pour assainir leur secteur





Yopougon,transport


 Des syndicats de transporteurs et de conducteurs,  réunis au sein du collectif des transporteurs et du collectif des conducteurs de la commune de Yopougon (Abidjan-Ouest) sont prêts à entamer une franche collaboration avec les forces de l'ordre pour assainir le milieu du transport et de lutter contre la recrudescence du banditisme dans les gares avec son corollaire d’agressions physiques.

Cet engagement des acteurs du transport de la commune de Yopougon a été annoncé mercredi au cours d'une conférence de presse animée au sous quartier Siporex.

Pour le président du collectif des conducteurs, Ahmed Cissé, la collaboration des syndicats des acteurs du monde du transport avec les forces de sécurité et de défense peut favoriser l'avènement de l'ordre et la sécurité dans les gares routières à Yopougon. Il s’agit surtout de mettre fin aux activités des commerçantes de produits prohibés et de la boisson dans les gares pratiquées à ciel ouvert et d'extirper les individus suspects qui prétendent être des "syndicalistes".

"Il faut que les forces de l'ordre nous aide à assainir notre milieu", a t il insisté, au nom des collègues.

Accusé d'avoir été les auteurs de l'assassinat du gendarme, l'ex-Maréchal des logis (MDL) Anderson Tiekou Koua, perpétré dimanche à la gare routière de Yopougon Sicogi “Au lavage", au nom des deux collectifs, M. Cissé a précisé les syndicalistes ne sont pas coupables de ce drame tout en présentant ces condoléances à la famille du défunt et aux forces de l'ordre.

" Nous ne sommes pas des bandits et nous sommes désolés de cet événement malheureux qui ne s'est jamais déroulé à Yopougon", a indiqué le président du collectif des conducteurs, avant de prier Dieu pour que la police arrête les coupables et que les bandits soient punis par la loi et présentés à la télévision nationale.

Le sous- officier de la gendarmerie nationale, Anderson Tiekou Koua a été abattu avec son arme de dotation. Le gendarme voulait s’interposer dans une bagarre. Il a été pris à partie. Il a reçu des coups de couteau. Son arme de dotation, arrachée dans la foulée, a servi à le tuer à bout portant, rappelle t on.

(AIP)

tg/bsp/tm

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Programme de changement climatique: Un atelier valider le rapport d'étude

Décès de Abou Drahamane Sangaré : Les condoléances du RDR