Meeting de l’opposition : Le début d’une leçon de démocratie





Meeting de l'opposition,leçons tirées


Des partis politiques de l’opposition ivoirienne à savoir, le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), le Front populaire ivoirien (FPI) et les plateformes Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS) et la Coalition pour la démocratie et la réconciliation et la paix (CDRP), ont conjointement organisé, samedi, au parc des sports de Treichville, un "giga" meeting, dit de la réconciliation.

Cette rencontre, un premier test pour l’opposition, a réuni la quasi totalité des partis et groupements politiques de l’opposition. Les militants et les sympathisants des ces formations politiques ont fait nombreux le déplacement, bravant le soleil et la pluie.

Mais quelles leçons peut-on tirer de cette cérémonie qui s’est tenue sans aucun incident ?
Avant le jour J, que des spéculations. D’abord, sur le site initialement prévu pour le meeting. Le stade Robert Champroux sollicité, n’a pas été obtenu pour cause de travaux. Que n’a-t-on pas entendu et lu dans la presse et les réseaux sociaux. Des réactions qui laissaient croire à un sabotage de la part du pouvoir en place. Mais très tôt, les organisateurs ont rectifié pour dire qu’il n’en était rien et confirmé que le site était effectivement en travaux.

Finalement, c’est le parc des sports qui a été obtenu. Mais les menaces en sourdine laissaient entrevoir que le feu couvait. Histoire de décourager ceux qui voulaient se rendre à cette rencontre. En vain.
Le samedi, jour indiqué pour ce grand meeting, c’est en grand nombre que les militants ont fait le déplacement. A l’entrée, c’est le service sécurité, tout vêtu de noir qui a filtré les entrées pour éviter l’introduction d’objets contondants dans l’enceinte du parc des sports.

Les forces de l’ordre (police) n’ont presque rien eu à faire si ce n’est que de deviser.
Du début du meeting jusqu’à la fin, aucun incident, faisant état d’un quelconque boycott n’a été signalé. 
La brève interruption de la fourniture d’électricité qui est survenue était due à un court-circuit. Dehors, aucune perturbation de la circulation n’a été constatée. 

Ce meeting a d’ailleurs été salué par tout le monde eu égard au sens de la responsabilité dont ont fait preuve les organisateurs, mais aussi et surtout le public qui a suivi à la lettre les consignes de sécurité. 

La rencontre s’est terminée sans accroc. Malgré des discours par moment durs à l’encontre du pouvoir, aucune arrestation de leader d’opposition n’a été signalée jusqu’à ce jour.

Les leçons qu’on peut tirer de cette rencontre sont que, souventes fois, on a accusé à tort ou à raison, le pouvoir en place d’empêcher l’opposition de s’exprimer. La réalité après ce grand rassemblement, c’est qu’il est possible en Côte d’Ivoire d’assister à un meeting de l’opposition sans que le ciel ne tombe sur la tête de personne. 

Il suffit qu’il y ait une infime dose de bonne foi de part et d’autre pour que cela soit possible. Tant que l’opposition respectera les procédures exigées pour l’organisation de telles manifestations, tout se déroulera pour le mieux. Et, tant que le pouvoir sortira de la frilosité qu’on lui reproche à l’approche de grands rendez-vous de l’opposition, on évitera les bras de fer. Tout le monde en sortira gagnant. Et c’est la démocratie qui s’en portera mieux. 

Lambert KOUAME 

En lecture en ce moment

Marché des arts et du spectacle d’Abidjan (MASA 2020) : Plus de 1000 dossiers de candidatures enregistrés

Le chef de l’Etat annonce des projets de loi renforçant les droits des femmes et des mineurs