FPI: Ce qui pourrait empêcher la candidature d'Affi N'guessan





Laurent Gbagbo-Affi N'guessan,FPI,Présidentielle 2020


Le président du Front populaire ivoirien (Fpi, opposition) Pascal Affi N'guessan est dans le starting-blocks pour les élections présidentielles de 2020. Mais cette ambition présidentielle pouurait être stoppée si son mentor Laurent Gbagbo venait à exprimer sa volonté d'être candidat.

"S'il est libéré et qu'il exprime la volonté d'être candidat, nous sommes tous autour de lui pour l'accompagner dans cette aventure. Sinon, je suis candidat à la candidature pour représenter le parti aux élections présidentielles de 2020", a déclaré, lundi, Pascal Affi N'guessan, invité du journal Afrique de TV5 Monde.

Pour Affi N'guessan, le président Laurent Gbagbo n'est pas interessé par la présidence du FPI. "Il est à un autre stade. Le FPI est devenu trop petit" pour Laurent Gbagbo, a ajouté M. Affi qui dit ne pas croire à ceux qui disent que l'ancien président ivoirien est interessé par la présidence du FPI.

Pour lui, ce que Laurent Gbagbo attend, c'est de sortir des géôles de la Cour pénale internationale (CPI) et se mettre à la disposition de son pays qui est divisé et qui a besoin de reconciliation nationale.

Toutefois, a-t-il précisé, "s'il (Laurent Gbagbo) pense qu'il a un certain nombre de contribution à apporter au pays en tant que candidat pour pouvoir prolonger le processus de réconciliation nationale, nous qui sommes ses partisans, nous ne pourrons que l'accompagner dans cette voie".

Il est revenu sur les excuses qu'il a présenté, samedi, aux militants, après le rendez-vous manqué avec Laurent Gabgbo en mars dernier. Il a reaffirmé ses regrets pour les propos tenus et qui ont vexé un certain nombre de militants. 

A l'endroit de Laurent Gbagbo, Affi N'guessan soutien qu'il va lui reitérer ses excuses, s'il a l'occasion de le rencontrer.  

Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

Candidature de Bédié en 2020/Me Blessy répond à Gnamien Yao : " Ce sujet, c’est du folklore qui ne rend pas service au PDCI".

Communiqué du Conseil des ministres du mercredi 11 décembre 2019