4e édition de l’Adayé Kessiè, un festival qui brise la barrière entre les peuples





Adayé Kessiè,Kobenan Kouassi Adjoumani


La 4e édition de l’Adayé Kessiè, festival de promotion et de valorisation du patrimoine culturel brong, et qui brise les barrières entres les peuples, a été célébrée ce samedi à Tabagne (Bondoukou), en présence du vice-président Daniel Kablan Duncan.

Représentant le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, parrain de cette édition, le ministre de l'Agriculture et du Développement rural, Kobenan Kouassi Adjoumani, s’est félicité de ce que l’adayé kessiè rapproche les peuples. 

"En réalité, de par nos origines, nous sommes un même peuple, partageant la même culture, la même langue, les mêmes valeurs et la même histoire. Avec l’AdayéKéssiè, les frontières n’existent plus, les barrières linguistiques imposées par la colonisation volent en éclat, la fraternité africaine est restaurée et révélée au monde dans sa plus belle splendeur », s’est réjoui, le ministre, par ailleurs, fils de la région.

Il s’est félicité au nom du Premier ministre, du pont qu’a créé l’Adayé Késsiè entre la Côte d’Ivoire et le Ghana. "Un pont qui se renforce et qui s’élargit à chaque édition, permettant ainsi le rapprochement de nos peuples", a dit le ministre, souhaitant en outre que le pont de la fraternité qui a été ainsi établi entre les populations du Royaume Brong d’une part et entre le peuple Brong et ses frères et sœurs venus du Ghana, d’autre part, demeure. 

"Que ce pont de la fraternité et de la solidarité magnifiées se renforce, pour servir de pilier intemporel à la paix", a souhaité M. Adjoumani pour qui ce festival doit demeurer le moteur de la paix au sein de ce grand Royaume.

Pour rappelle, le royaume Brong s’étend de la Côte d’Ivoire au Ghana. Pour cette édition, une forte délégation, venue de ce pays a effectué le déplacement de Tabagne avec à sa tête, la ministre Régionale, Armah Kumi Richesen.

Le ministre Adjoumani a saisi l’occasion pour demander à ses frères et sœurs brong de prendre un engagement, celui de tout mettre en œuvre, pour que ce Royaume demeure en paix. Tout en les appelant à adopter "les bons comportements, les bonnes attitudes, pour préserver la paix dans le Royaume". 
"N’oublions jamais que sur les terres sacrées de ce Royaume, nul n’a le droit, quelle qu’en soit la raison, de verser le sang de son frère ou de sa sœur", a-t-il averti.

Il a également saisi l’occasion pour rassurer ses parents, relativement aux "gens qui se sont donnés pour mission de faire régner un climat de vives tensions et de terreur dans notre pays, à mesure qu’approchent les élections de 2020".

"Je tiens à vous dire que la Côte d’Ivoire ne brûlera pas", a-t-il rassuré, appelant par ailleurs tout le monde à prendre conscience que "personne n’a intérêt à ce que le pays brûle".

Lambert KOUAME 

En lecture en ce moment

"J’espère être Guillaume Soro de Côte d'Ivoire, élu président en 2020"

Ouattara accorde la grâce présidentielle à près de 3.000 détenus