Assurance maladie : Ce qui va se passer à partir du 1er janvier 2020





CMU,Couverture maladie universelle,assurance-maladie,1er janvier 2020


L’information a été rendue publique il y a de cela un bon moment. Seulement, elle ne semble pas connue de tous. Pourtant, l’échéance approche. Il s’agit du caractère obligatoire de la Couverture maladie universelle (CMU).
En effet, depuis quelques mois, des entreprises privées et autres structures qui ont souscrit à des polices d’assurance-maladie pour leurs employés, ont reçu des messages de ces sociétés d’assurances les informant qu’à compter du 1er janvier 2020, tout contrat d’assurance maladie ne sera possible que si et seulement si l’assuré fait la preuve de son affiliation à la Couverture maladie universelle  (CMU).
En terme plus clair, pour pouvoir souscrire à une police d’assurance-maladie, chaque individu devra au préalable donner la preuve de son enrôlement à la CMU. 
L’Association des sociétés d’assurances de Côte d’Ivoire (ASA-CI) s’y est déjà engagée. "L’Association des sociétés d’assurances de Côte d’Ivoire (ASA-CI), représentée par Monsieur Saliou Bakayoko, son président, ayant pouvoir et qualité à cet effet, prend l’engagement solennel par le présent, au nom et pour le compte de toutes les sociétés membres pratiquant la branche maladie, que tout contrat d’assurance ne sera au 1er janvier 2020, que si et seulement si l’assuré fait la preuve de son affiliation à la Couverture maladie universelle (CMU) conformément à la loi N° 2014-131 du 24 mars 2014 instituant la CMU", peut-on lire dans un engagement pris en début d’année par le président de cette structure. 
Plus tard, il était question d’informer les populations. "… Ladite loi (loi 2014-131 du 24 mars 2014, instituant la CMU) a un caractère obligatoire et définit les conditions de l’assujettissement, de l’affiliation et de l’immatriculation au régime de base de la CMU. A cet effet, nous rappelons que selon les dispositions fixées par l’Etat de Côte d’Ivoire, le renouvellement des contrats d’assurance maladie au 1er janvier 2020 est subordonné à la présentation impérative du numéro d’affiliation de chaque bénéficiaire de contrat d’assurance, à la Couverture maladie universelle".
Voilà qui est clair. Toute personne voulant bénéficier d’une assurance-maladie privée doit être au préalable enrôlé à la CMU qui est de 1 000 FCFA par personne. Pour être plus pratique, un chef de famille qui a trois enfants devra payer 1 000 FCFA pour lui, 1 000 FCFA pour chaque enfant et 1 000 FCFA pour son épouse. Soit 5 000 FCFA mensuellement au total. Ajouté à cela, sa prime d’assurance privée à laquelle il a souscrit à titre personnel ou à laquelle son entreprise a souscrit pour les employés. Ainsi donc, si sa contribution pour cette assurance privée est de 6 000 FCFA par mois, il paiera (assurance privée et CMU) désormais 11 000 FCFA mensuellement. 
Selon le responsable d’une mutuelle d’assurance que nous avons rencontré, la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire  (CGECI) et l’Etat de Côte d’Ivoire, après négociations, ont convenu que les entreprises devraient payer, au titre de la CMU, 500 FCFA pour l’employeur et ce dernier endossera l’autre moitié. De quoi alléger les dépenses pour ce dernier si, comme nous prévenait notre consultant pour l’occasion, les entreprises jouent franc jeu avec leurs employés. 
Dans tous les cas, les primes d’assurance-maladie connaîtront une hausse pour l’employé. Ce qui n’est pas fait pour plaire. Et déjà, des grincements de dents se font entendre. 

Modeste KONÉ   

En lecture en ce moment

Côte d’Ivoire/A quelques semaines de la fin de son mandat : Suy Fatem (Miss Côte d’Ivoire 2018) saute le pas

BHCI : une affaire de "dette toxique", selon Mamadou Koulibaly